Football Leaks : Ainsi naquit le Kop de Boulogne !

Football Leaks : Ainsi naquit le Kop de Boulogne !

Paris Vox – Les multiples révélations de Médiapart issues des Football Leaks agitent la planète médiatique. Après l’acte 3, qui rendait compte de la ségrégation pécuniaire imposée en tribune, place aujourd’hui à un retour sur les supporters d’hier et d’aujourd’hui.


La naissance du Kop de Boulogne !

Dès 1978, la frange la plus impliquée des supporters parisiens se regroupe en Tribune Boulogne, derrière les buts, là où les places ne sont pas chères (comme dans de nombreux stades). On y retrouve un mélange hétéroclite allant du clochard qui dort dans la rue, au punk qui vit en braquant, en passant par l’ouvrier, l’employé et même le cadre supérieur. Un spectre de 15 à 60 ans, des hommes, des femmes… Tous ensemble à partager le même pack de bières. Le brassage social est réel à l’époque, où les relations humaines sont plus importantes que le pouvoir d’achat mais aussi plus que la sanctification de l’orgueil étalés à travers les réseaux sociaux….

Puis arrive 2010…

En 2010, le PSG croit – ou, pire, fait semblant de croire – résoudre des questions de sécurité publique en chamboulant complètement son système de billetterie.Deux voies simultanées seront prises : la séparation des groupes d’amis et une hausse conséquente des tarifs. But de l’opération : sélectionner par l’argent une clientèle plus « présentable ».

Les supporters de la Tribune Boulogne refuseront ce modèle rompant les relations humaines et entraînant l’exclusion des pauvres. Nombre d’autres supporters parisiens les suivront dans cette opposition. Après près de 9 ans de boycott, cette aile des supporters a disparu de fait. Certains pensionnaires de la tribune Auteuil ont agi comme la Tribune Boulogne, d’autres ont préféré retrouver leur tribune. A quel prix ?

Le choix de la politique du siège vide des supporters historiques fait débat.  Était-ce là une erreur ou un sacrifice glorieux ? Chacun tranchera selon son coeur. En tous cas, leur vision était prophétique puisque les choses n’allaient que s’aggraver dans le sens qu’ils avaient annoncé. Aujourd’hui, l’argent et le consumérisme sont partout au PSG, au point d’en être caricatural.

Par ailleurs, seuls les fans historiques se sont révoltés lorsque le PSG fichaient ses supporters considérés comme indésirables. Même la CNIL sera contrainte d’intervenir pour rappeler à l’ordre le PSG.

Qui alors pour s’émouvoir de la préservation des libertés fondamentales quand les préfets interdisaient si aveuglément de stade des supporters qu’ils en finissaient condamnés par les tribunaux administratifs ?

Une fois  le ménage fait dans les tribunes populaires, le PSG décida de faire le tri dans celles plus bourgeoises. On est tous le pauvre de quelqu’un…

Avec tout cela, le PSG a-t-il au moins influé positivement sur les problèmes de sécurité publique ? C’est ce que nous verrons dans note épisode 5.

Retrouvez l’acte 1l’acte 2, et l’acte 3 de notre enquête.

 

Fermer le menu