FDJ doit rester à tous les citoyens !

FDJ doit rester à tous les citoyens !

Paris Vox (Tribunes) – La privatisation de la FDJ n’enthousiasme pas Jean Ernice. Il nous explique pourquoi.

Bruno Le Maire semble prendre les français pour des imbéciles. Invité chez nos confrères de France Info, le ministre balayait l’actualité lorsqu’il a été interrogé sur l’avenir de la FDJ. Il a alors expliqué sa volonté de privatiser la Française des Jeux afin que l’entreprise « revienne aux mains des français ».

La fable est belle mais ne tient pas. Là ou l’entreprise appartient à l’état et donc à l’ensemble des citoyens français, elle appartiendra demain à quelques apparatchiks ou à une poignée d’actionnaires plus modestes. On peut admettre que si la privatisation est ouverte aux petits épargnants ceux-ci en tireront quelques profits mais ce n’est plus l’ensemble des français qui est concerné.

Pour le reste des citoyens, cela sera d »évidence une perte. Quelques citoyens ayant de quoi investir tireront profit de cette privatisation. Pour les autres, l’entreprise ne leur reviendra pas, il s’agit même d’une dépossession. Les dividendes acquises chaque année par la société ne garniront plus les caisses de l’état mais celles de quelques heureux investisseurs.

Mais Bruno Le Maire n’est pas le seul à se moquer des français. On a ainsi déjà subi plusieurs campagnes publicitaires de la FDJ depuis plusieurs semaines.

Ces campagnes, qui utilisent notamment « les gueules cassées » pour souligner l’intérêt général de l’entreprise, pullulent sur les réseaux sociaux. Le message est clair, alors que la FDJ est en voie de ne plus appartenir aux français il faut leur rappeler qu’elle bénéficie à tous et notamment aux plus fragiles. Mais rien ne garantit que cela sera toujours le cas à l’avenir avec une société privatisée…

A l’instar de la privatisation d’ADP, il convient donc de rester vigilant. En parlant de ADP, j’espère que vous avez signé afin de faire organiser un référendum ! Deux petites minutes à consacrer pour conserver un fleuron français dans le domaine public. On peut signer ici !

Fermer le menu