Cyril Nauth : « rester au service des Mantevillois »

Cyril Nauth : « rester au service des Mantevillois »

Paris Vox – Nous proposons à nos lecteurs une entrevue avec Cyril Nauth, Maire RN de Mantes-la-Ville, Conseiller régional IDF et Conseiller communautaire CU GPSO.

Paris Vox – Lors de votre campagne en 2014, vous aviez fait le pari de réduire les dépenses de votre ville et de ne pas augmenter les impôts locaux. Avez-vous réussi à tenir cet engagement ?

Il est vrai que parmi mes principaux engagements en 2014 figuraient notamment l’assainissement des finances et la non-augmentation des impôts locaux (taxe foncière et taxe d’habitation).

J’ai exercé une vigilance particulière sur la masse salariale et la dette qui dérivaient et augmentaient continûment sous le mandat précédent, sans forcément d’ailleurs une amélioration de la qualité du service public.

En 2013, avant mon arrivée au pouvoir, la dette s’élevait à 886 euros par habitant contre 676 euros en 2019. Quant à la masse salariale, elle a également baissé à la suite d’une réorganisation des services et une volonté de réaliser des économies. Il ne s’agissait pas seulement de moins dépenser, mais surtout de mieux dépenser, de dépenser plus utilement l’argent public de mes administrés (qui sont aussi des contribuables) afin de pouvoir davantage investir pour l’avenir, sur le secteur scolaire par exemple.

Sur la question de la fiscalité, j’ai aussi tenu ma promesse. Il n’y a eu aucune augmentation des taxes locales. C’était un engagement très fort en 2014 car j’avais conscience à l’époque, bien avant la crise des « Gilets jaunes », que la question du pouvoir d’achat était essentielle. Mantes-la-Ville est une commune populaire où les fins de mois difficiles sont une réalité pour beaucoup. Dans le même esprit, la plupart des tarifs municipaux, comme celui de la cantine par exemple, n’ont pas davantage été augmentés afin de préserver le pouvoir d’achat des familles.

La délinquance est une crainte majeure des citoyens franciliens. Qu’avez-vous mis en place pour endiguer ce phénomène ?

Dès le début du mandat, j’ai d’abord mis tout en œuvre pour renforcer les moyens matériels de la police municipale afin que les agents de ce service puissent assurer et assumer toutes leurs missions dans les meilleures conditions possibles  : équipement de nouveaux PV électroniques, acquisition en 2017 de trois véhicules neufs pour les patrouilles et interventions (Citroën Cactus, Peugeot 2008, Citroën C3), renouvellement des équipements radios et antennes, acquisition d’un radar mobile (cinémomètre), acquisition d’un lecteur de puce d’identification des animaux errants, acquisition de deux détecteurs de métaux…

J’ai également fait mettre en place une vingtaine de caméras de vidéo-protection, les opérations « tranquillité absence », des patrouilles de soirée à un rythme régulier. Par ailleurs, la commune a adhéré au dispositif « voisins vigilants ». 

Enfin, les premiers policiers mantevillois pourront porter dans quelques semaines leurs armes létales (la demande a été faite auprès de M. le Préfet, j’ai obtenu son accord il y a quelques mois) et des travaux pour la création d’un nouveau poste de police municipal commenceront dans quelques jours  : il sera disponible courant du premier semestre 2020.  

La Mairie de Mantes-la-Ville

Le communautarisme musulman savamment entretenu par la municipalité précédente dans le but notamment d’être réélu a longtemps miné votre ville. Comment avez-vous géré cette situation ?

J’ai, en effet, dénoncé en 2014 la manœuvre clientéliste de mon prédécesseur qui a consisté à promettre pendant la campagne électorale un nouveau lieu de culte pour la communauté musulmane. Une fois élu, j’ai bien sûr refusé de donner suite au montage financier qui avait été élaboré. La communauté d’agglomération, propriétaire du bien immobilier (une ancienne trésorerie désaffectée), devait vendre à la commune de Mantes-la-Ville et la commune devait vendre à son tour le bien à l’association musulmane. 

Hélas, le préfet des Yvelines est intervenu l’année suivante en 2015 auprès du président de la communauté d’agglomération pour qu’il vende en direct l’ancienne trésorerie à l’association musulmane. J’ai décidé de préempter ce bien (et proposer à la place un projet de poste de police municipale  ; le projet dont je parle dans la question précédente est situé à un autre endroit) et attaqué le permis de construire. Le tribunal administratif de Versailles m’a donné tort sur les deux dossiers. 

Pour autant, malgré l’existence de ce nouveau lieu de culte, les deux associations musulmanes ont conservé les deux autres locaux qui avaient été mis à leur disposition sous le mandat précédent. Suite à une double procédure, nous avons obtenu de la justice leur expulsion. 

Hormis ces affaires « spectaculaires », nous appliquons et faisons appliquer une laïcité scrupuleusement respectueuse de la loi en toutes circonstances. 

Comptez-vous vous représenter pour les prochaines élections municipales ?

Oui, je n’entretiens pas un faux suspense  : j’ai bien l’intention de me représenter en 2020. Mais le temps de la déclaration officielle de ma candidature (et de l’entrée en campagne) n’est pas encore venu. Je dois rester au service des Mantevillois jusqu’au terme de mon mandat.

Nous vous laissons conclure librement

J’invite tous les patriotes à se présenter ou à rejoindre en 2020 les listes du Rassemblement national ou les listes soutenues par le Rassemblement national. L’engagement politique au niveau local est passionnant, très enrichissant et il permet de réaliser des projets concrets qui changeront le quotidien des Français. La conquête des exécutifs locaux est également une étape indispensable avant la conquête de l’Élysée. 

Fermer le menu