Italie, le labo politique des populistes mis à nu ?

Italie, le labo politique des populistes mis à nu ?

Paris Vox (Tribunes) – L’actualité politique italienne fait réagir Pierre Pillerault, il nous livre ici son avis sur les derniers soubresauts transalpins.

Ce qui s’est passé récemment en Italie me semble très révélateur de la situation politique contemporaine. Devant l’impossibilité de tenir un vrai discours nationaliste pour garder une chance de représentativité, nos camarades soutiennent des partis qui, certes, portent un langage sur la sécurité et l’immigration qui nous « parle » mais qui restent soumis aux lois du marché et du politiquement correct.

Et surtout, à celles de la politique politicienne.

À cet effet l’alliance entre le Mouvement cinq étoiles et la Ligue semblait être le premier espoir de compréhension par les dits populistes, improprement classifiés de gauche et de droite, d’une lutte commune contre cet état de fait. La décision de Matteo Salvini de faire voler en éclats cette coalition par simple calcul politicien, outre l’immense déception qu’il suscite, démontre, s’il le fallait encore, que ces partis pour lesquels nous votons avec un certain recul dans toute l’Europe occidentale ne sont en fait qu’une partie du jeu politique institutionnel.

Nous continuerons probablement, en tout cas, à soutenir ce type de partis car il vaut certes mieux un pays dirigé par une force soumise au marché mais soucieuse d’un minimum de préservation de l’identité que par les différents mondialistes qui nous sont proposés mais nous ne sommes pas dupes de ce qu’ils sont vraiment.

Faut-il en vouloir à Mateo Salvini ou le remercier d’avoir mis cela au grand jour pour ceux qui ne l’avaient pas encore compris ? Telle est la question…

Pierre Pillerault

Fermer le menu