Constance et persévérance de la tortue …

Constance et persévérance de la tortue …

Paris Vox (Tribune) – Chaque semaine, en partenariat avec Radio Libertés, nous publions la retranscription écrite de la chronique d’actualité et d’analyse d’Arnaud De Robert. Aujourd’hui, il revient sur les élections italiennes.


Une fois encore le scrutin législatif et sénatorial italien nous a apporté son lot de rebondissements et d’incertitudes. Une fois encore la « démocratie » italienne a prouvé son inaptitude à l’émergence de lignes claires et à l’érection d’un gouvernement fort. Dire que c’est fait exprès n’est pas faire injure à nos amis transalpins. Depuis la fin de la guerre, le système politique mis en place sur les ruines de la défaite n’a qu’une vocation : maintenir l’Etat italien dans une incapacité latente.

Cette campagne électorale, sur fond de violences continues de la part d’une extrême-gauche protégée voire encouragée, sur fond de langue de bois journalistique, d’asymétrie informationnelle constante ne pouvait déboucher que sur une impasse. L’idée est moins ici de fournir des solutions à la crise économique, financière, sociale et migratoire que de noyer la colère grandissante, palpable de millions d’italiens. Il fallait ventiler les voix, disperser le mécontentement, fracturer l’exaspération d’un peuple appauvri et envahi. Pour cela on est allé réveiller la momie berlusconienne, on a boosté la Ligue de Salvini, on a faussement sacrifié Renzi, et surtout on a gonflé la baudruche cinq étoile, ce mouvement d’autant moins dangereux qu’il n’a aucune colonne vertébrale ni doctrine. Déjà son leader, Luigi di Maio, à la verve pourtant très eurosceptique, a entamé des ronds de jambes en direction de Bruxelles. L’approche du Pouvoir corrompt systématiquement les faux rebelles. On l’avait vu avec l’illusion Tsipras en Grèce, voici donc le mirage Di Maio. C’est ce que les politologues appellent le « bon » populisme, traduisez celui qui se couche devant l’oligarchie.

L’approche du Pouvoir corrompt systématiquement les faux rebelles. On l’avait vu avec l’illusion Tsipras en Grèce, voici donc le mirage Di Maio. C’est ce que les politologues appellent le « bon » populisme, traduisez celui qui se couche devant l’oligarchie.

Peu importe de savoir qui gouvernera puisque ce sera assurément pour le pire, pour la compromission, pour l’amour du pouvoir, pour la mascarade. A vouloir rassembler tout le monde, on finit immanquablement par ressembler à tout le monde. Heureusement, au milieu de cette multitude de partis, d’alliances bidons, de tractations nauséabondes, il y a Casapound. Mouvement des fasciste du XXIème siècle, présenté à grand renforts de frissons bien-pensants par les médias occidentaux comme la nouvelle vague noire qui devait submerger l’Italie, Casapound Italia doit se contenter d’un modeste score de 300 000 voix. A la grande joie des mêmes journalistes d’ailleurs, dont il n’est pas insensé de penser que leur couverture hypertrophiée de Casapound avait pour dessein final un enterrement satisfait sitôt les résultats proclamés. 300 000 voix, cela peut paraitre peu, mais c’est un exploit magnifique qu’il faut saluer lorsque l’on ne renie rien, lorsque l’on ne combine rien, lorsque l’on porte seul dans le marais démocratique l’exigence de verticalité et de vérité. 300 000 voix c’est déjà une fantastique victoire lorsque l’on n’a pas vocation à être une écurie électorale. 300 000 voix c’est une claque aux institutions pour un mouvement qui s’est érigé ces quinze dernières dans une radicalité assumée et proclamée. 300 000 voix c’est 300 000 consciences réveillées, autant d’esprits irrésolus, d’hommes et de femmes debout, pétris d’idéal et d’impertinence. 300 000 drapeaux plantés dans le réel, un petit peuple qui se forme et se forge loin du story telling démocratique, loin des centrales partisanes de fabrication de l’illusion. Les adversaires de Casapound, coincés dans des analyses politiques du vingtième siècle ont tort de se réjouir d’une soit-disant « défaite des fascistes ». Ils ont tort parce qu’ils n’ont pas compris que ces 300 000 voix illustrent en fait la plus grande, la plus pure victoire de ces élections, celle de la vérité, de la droiture, celle d’une communauté organique qui, au prix d’efforts exceptionnels, parvient à édicter ses propres normes, à bâtir avec exigence et loin des nostalgies incapacitantes une contre-société de sens, de principes et de vertus. Peu importe alors de gagner un siège, un strapontin dans le théâtre de guignol du jeu démocratique. Casapound a démontré lors de ces élections sa puissante capacité à s’incarner et faire face. Casapound a chevauché le tigre et fait état de sa lumineuse et joyeuse altérité. Personne en Italie, en Europe et même au-delà ne peut plus les ignorer. Personne non plus ne peut les railler. Et rappelons-le, leur emblème est une tortue, animal robuste et opiniâtre à la longévité centenaire. Ce n’est donc qu’un début mais c’est déjà un exemple. Bonne semaine !

Article suivantRead more articles