Alice In Chains à l’Olympia

Alice In Chains à l’Olympia

Paris Vox – Après Metallica il y a quelques semaines la rédaction de Paris Vox vous propose un compte rendu du concert d’Alice In Chains, qui jouait le 28 mai à l’Olympia.

Mardi 28 mai se produisait à l’Olympia Alice In Chains, l’un des quatre groupes majeurs de la scène grunge de Seattle du début des années 90 avec Nirvana, Soundgarden et Pearl Jam.

J’ai toujours adoré ce groupe qui est d’ailleurs à mon sens l’auteur du meilleur « MTV unplugged » de l’histoire. Cependant, je dois avouer que je n’avais plus trop suivi leur évolution depuis la mort de leur leader Layne Staley en 2002. L’occasion était donc toute trouvée d’un bain de jouvence par le biais de ce concert.

L’Olympia était complet et je n’ai pas été déçu. Certes la justesse technique n’était pas toujours au rendez-vous et la voix de Jerry Cantrell, autre membre fondateur du groupe, a perdu de sa superbe mais le grunge est plus affaire de puissance et de mal de vivre que de virtuosité et de codification.

Au vu de la ferveur du public qui reprenait en cœur les plus grands succès du groupe comme « down in the hole » ou « no excuses » et des large sourires sur les visages de l’assistance (qui avait certes largement dépassé la quarantaine en moyenne d’âge), il semble que la majorité des présents aura été de mon avis. Une prestation de qualité qui aura donc ravi tous les amateurs de métal grâce aux riffs de guitare de Jerry Cantrell, à la basse bien présente de Mike Inez (indispensable à l’introduction de « Would », leur plus grand succès), à la batterie puissante de Sean Kinney et à la voix de William DuVall qui aura su donner vie au répertoire de son regretté prédécesseur.

A ceux qui ne connaissent pas Alice In Chains et qui n’étaient donc pas à l’Olympia, je vous propose d’écouter leur tube « Would ? »

Pierre Pillerault

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance