PARIS D’ICI ET D’AILLEURS : DIRECTION LE TEXAS

PARIS D’ICI ET D’AILLEURS : DIRECTION LE TEXAS

Paris Vox – SUITE DE NOTRE SÉRIE ESTIVALE « PARIS D’ICI ET D’AILLEURS ».  PARIS VOX VOUS PROPOSE UN PETIT VOYAGE CULTUREL DANS LES DIFFÉRENTES VILLES NOMMÉES « PARIS » AUTOUR DU MONDE. DIRECTION CETTE FOIS LE TEXAS POUR « QUITTER PARIS POUR ALLER À PARIS », ÇA VOUS DIT  ?


Paris au Texas

Paris est une ville américaine située dans le nord-est du Texas. Siège du comté de Lamar, elle comptait 25 171 habitants au recensement de 2010.

Paris a été fondée en 1845, à l’époque où le Texas était encore une république indépendante. Elle a été ainsi nommée en référence à la capitale de la France et le comté de Lamar, dont elle est le chef-lieu, en honneur de Mirabeau Bonaparte Lamar (issu d’une famille d’origine huguenote, ayant quitté l’Anjou au milieu du XVIIe siècle), le deuxième président de la République du Texas.

Comme Paris Tennessee, Paris Texas possède une réplique de la tour Eiffel de 20 mètres de haut, coiffée par un chapeau de cow-boy rouge. L’un des slogans de la ville est : « the second largest Paris in the world » (« le deuxième plus grand Paris du monde »).

Cette ville de Paris est assez connue aux États-Unis en raison des tensions raciales historiques qui émaillent son histoire et dont l’histoire de Henry Smith, meurtrier d’une fillette de 3 ans, est le paroxysme.

Paris, Texas : le film

Elle est néanmoins plus particulièrement célèbre depuis la Palme d’Or 1984 obtenue par le film franco-allemande Paris, Texas de Wim Wenders.

Le film narre la vie d’un homme qui réapparaît subitement après quatre années d’errance, période sur laquelle il ne donne aucune explication à son frère venu le retrouver. Ils partent pour Los Angeles récupérer le fils de l’ancien disparu, avec lequel celui-ci il part au Texas à la recherche de Jane, la mère de l’enfant. Une quête vers l’inconnu, une découverte mutuelle réunit ces deux êtres au passé tourmenté.

RETROUVEZ LES PRÉCÉDENTS ÉPISODES DE NOTRE SÉRIE PARIS D’ICI ET D’AILLEURS  :
Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance