Eric Ciotti succède à Thierry Solère comme questeur de l’Assemblée Nationale

Eric Ciotti succède à Thierry Solère comme questeur de l’Assemblée Nationale

Paris Vox – M. Eric Ciotti, député (LR) et ancien président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, succède à M. Thierry Solère. Il a été élu mardi questeur de l’Assemblée nationale.


Né en septembre 1965, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, M. Eric Ciotti fut assistant parlementaire de M. Christian Estrosi avant d’être directeur adjoint du cabinet de M. Jean-Claude Gaudin, à la présidence du conseil régional de Provence-Alpes-Côte. Directeur du cabinet de M. Christian Estrosi à la présidence (UMP) du conseil général des Alpes-Maritimes (2003-2007), et parallèlement conseiller auprès de ce dernier au ministère délégué à l’Aménagement du territoire (juin 2005-mai 2007), il est depuis 2007 député (UMP puis LR) des Alpes-Maritimes.

Conseiller départemental des Alpes-Maritimes (canton de Saint-Martin-Vésubie puis canton de Tourrette-Levens) depuis 2008, il présida ce conseil départemental jusqu’en septembre 2017, démissionnant conformément à la loi sur le cumul des mandats. Il fut par ailleurs premier adjoint au maire de Nice et vice-président de la Communauté d’agglomération Nice Côte-d’Azur, délégué au développement durable, à l’environnement, à la collecte et au traitement des déchets, aux transports et à l’aménagement (2008). Secrétaire national de l’UMP, chargé de la sécurité (2009-2013), puis délégué général de l’UMP, chargé des fédérations (2013-2014), il fut secrétaire général adjoint de l’UMP, chargé des fédérations (2014-2015).

M. Eric Ciotti est secrétaire général adjoint des Républicains, chargé des fédérations depuis avril 2017. Porte-parole de la campagne de M. Nicolas SARKOZY pour la primaire de la droite et du centre en vue de l’élection présidentielle de 2017, il fut ensuite membre du pôle « Faits, chiffres et arguments » puis chargé de la mobilisation dans l’équipe de campagne de M. François Fillon, candidat à cette élection présidentielle.

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance