Corbac, vidéaste sur Youtube : « une énorme dichotomie entre la réalité et le discours qu’on nous sert. »

Corbac, vidéaste sur Youtube : « une énorme dichotomie entre la réalité et le discours qu’on nous sert. »

Paris Vox – Youtube, n’est pas qu’une plateforme de divertissement. C’est également un lieu ou de nombreux créateurs tentent de conscientiser leur audience. C’est le cas de Corbac, qui a accepté de répondre à nos questions.

Pourriez-vous vous présenter ainsi que votre chaîne Youtube pour nos lecteurs qui ne vous connaîtraient pas ?  

Créée il y a un peu moins de deux ans, ma chaîne Youtube Corbac tente de s’intéresser à l’actualité et aux phénomènes politiques. J’essaye dans des formats courts de souligner les mensonges et les incohérences du discours bien-pensant mainstream. 

C’est une chaîne de droite qui veut essayer de réunir les différents courants autour de l’ennemi commun qu’est l’idéologie progressiste et mondialiste. 

Mon souhait sur le long terme est de voir se former une Union des droites, avec une aile modérée, pragmatique et réaliste sur les enjeux contemporains ainsi qu’une aile plus dure qui l’empêcherait de se trahir et de trahir ses électeurs (comme ça a été le cas avec le centre droit). 

Quelles sont vos influences (auteurs, médias, autres vidéastes, etc.) ? 

Ce sont avant tout les autres youtubers de droite qui m’ont motivé à monter ma chaîne. J’ai toujours pensé que l’impact des vidéos sur youtube était considérable. Je répète souvent que des gens comme Raptor ont eu une influence politique à long terme supérieure aux médias mainstream, qui plus est avec un investissement humain et matériel minime. Je pense que la plupart des gens ne mesurent pas cet impact et l’efficacité de la démarche. 

Le basculement des gens vers la bien pensance se fait à mon avis principalement à la fin de l’adolescence et au début de l’âge adulte quand ils commencent à se politiser. 

Cependant, l’idéologie qu’on leur sert dans les médias et les universités présente des incohérences en elle-même et est peu en phase avec la réalité. Le discours de vérité est manifestement de notre côté. Il suffit qu’un individu qui n’a pas totalement achevé son endoctrinement à la bien pensance l’entende une fois pour qu’il devienne définitivement réfractaire et insensible aux mensonges du discours de gauche. En ce sens la métaphore de la pilule rouge qu’on retrouve souvent sur internet est à mon avis très pertinente. 

Contrairement au format écrit, le format vidéo et notamment le format court sur Youtube permet d’atteindre des personnes qui ne sont pas forcément politisées grâce à une diffusion très large. 

Au niveau de l’inspiration pour vous citer des noms, Sofzilog m’avait beaucoup inspiré à l’époque, tout comme le Raptor, Valek, le Lapin Taquin, etc. Plus récemment j’ai découvert des chaines anglophones comme Black Pigeon ou Paul Joseph Watson qui vont je pense m’aider à améliorer mon contenu par la suite. 

Votre dernière vidéo, “Le racisme anti-noir n’existe pas”, démontre que la discrimination en France n’est pas celle montrée dans les médias. Pourriez vous expliquer à nos lecteurs, les étapes de la création d’une telle vidéo ? 

Dans mes expériences quotidiennes ou dans mes lectures, je constate souvent qu’il y a une énorme dichotomie entre la réalité et le discours qu’on nous sert. 

Quand un phénomène retient particulièrement mon attention, j’essaye de faire un premier plan de tête puis je me mets à écrire. L’inspiration me vient très souvent en écrivant, il m’arrive souvent de dévier de ce que j’avais prévu initialement et d’avoir de nouvelles idées. Pour ma dernière vidéo par exemple, je comptais à la base traiter du privilège blanc et masculin dans une même vidéo que je voulais intituler « la fumisterie bourgeoise ». Mais la vidéo risquait d’excéder les 40 minutes, j’ai donc décidé de séparer la vidéo en deux. 

Je suis naturellement beaucoup plus porté sur l’expérience et l’analyse que sur la recherche de données, cependant suivant le conseil d’autres youtubeurs j’essaye de plus en plus d’appuyer mes analyses personnelles par des études afin de donner plus de poids à mes démonstrations (même si à mes yeux les chiffres et les études statistiques importent peu et ne sont pas indispensables, mais je suis conscient que c’est un avis très personnel et contestable). 

Au moment de la rédaction, j’essaye déjà d’avoir le montage en tête, si j’ai des extraits vidéo, des « memes » ou des images qui me viennent en tête pour illustrer les propos je les note entre parenthèses dans mon fichier texte pour savoir quoi placer à quel moment. 

Une fois que le texte est écrit, je l’envoie à PignoufMaster qui me prête sa voix pour qu’il l’enregistre. Une fois que j’ai l’audio, il ne reste plus qu’à faire le montage. 

La bataille des idées sur Youtube n’est-elle pas biaisée, l’algorithme pensé par Google ne favorise pas la bien pensance au détriment de votre contenu ou celui d’autres créateurs ? Comment agir contre la censure ou le “shadow banning” ? 

Le shadow banning et la censure rendent peut-être la bataille inégale, mais honnêtement je pense que l’opposition n’a jamais eu autant accès à la parole et autant de moyens de la diffuser qu’aujourd’hui. 

Une personne dans sa chambre, en gardant son anonymat et en utilisant une voix synthétique peut diffuser ses idées parfois à des milliers voire des millions de personnes. 

Malgré la complaisance du système, les financements et les structures institutionnels dont bénéficient les youtubeurs politiques de gauche, ils sont quand même sur le plan de l’audience en train de perdre la bataille parce qu’ils sont à côté de la plaque, dans une vision du monde totalement dépassée et ils n’ont pas le moindre humour. 

Pour soutenir Corbac, c’est ici !