La droite du vide…

La droite du vide…

Paris Vox – Dorénavant, Paris Vox publiera régulièrement la retranscription écrite de la chronique de commentaire d’actualité d’Arnaud de Robert diffusée dans la Matinale de Radio Libertés. Aujourd’hui, notre chroniqueur éclaire le duel Juppé/Fillon.


 

Bon, ce sera Fillon … Je pourrais arrêter là cette chronique histoire de vous rappeler à quel point ces primaires m’ont paru, me paressent et me paraitront, abyssalement insipides. Fillon est d’ailleurs probablement le plus digne représentant de cette ère du vide. Ses cinq années comme premier ministre ont singulièrement marqué l’histoire de la politique française. Et oui, on sait maintenant qu’il est possible de rendre cette fonction parfaitement inutile. Pour le reste, Juppé est redevenu ce qu’il était, verdâtre, cassant, la bordée d’insultes à peine contenue contre cet électorat qui a eu l’outrecuidance de ne pas le plébisciter. Sarkozy va retourner à ses procès. Il lui reste une trajectoire à la Jospin quoique plutôt que l’ile de Ré lui serait plutôt Bahamas. On le retrouvera sûrement à donner des conférences à Harvard s’il ne dort pas à la Santé. Dernier coup de canif à Juppé, Sarko donne ses voix à Fillon. La haine pour moteur. Pour les autres, tous les autres c’est le grand pshiiit  ! NKM m’inspire autant que la série Desperate Housewife, Le Maire et Poisson font de la figuration. Quant à Copé, son score n’arrive même pas au prix d’un pain au chocolat.

Fillon est d’ailleurs probablement le plus digne représentant de cette ère du vide

Que donc retirer de tout cela  ? Pas grand-chose. Ces primaires sont le reflet de notre époque, du spectacle. Mais un spectacle qui coûte cher tout de même, entre 5 et 8 millions d’euros pour les trois épisodes télévisés et les supports de campagne. Tout ça pour casser la fonction des partis, rajouter des tours d’élection et brouiller les messages politiques. Dévoiement de la démocratie et dépenses inutiles. C’est vrai, dites-moi en quoi ces primaires diffèrent au fond des deux tours de la présidentielle  ? Des citoyens de gauche et de droite ont voté hier contre un candidat plutôt que pour un programme, quelle nouveauté bon sang  !
Après, je sais que tout un tas de supers spécialistes du billard à douze bandes vont nous expliquer les avantages de Fillon dans une possible triangulaire Fillon, Valls  ? Marine Le Pen. Désolé mais mon degré de fascination pour ces parties de mikado politicien est à peu près le même que celui que j’éprouve devant un paquet de kleenex. Cela a pourtant l’air d’amuser voire d’exciter beaucoup de monde ces plans sur la comète.

Non, hier soir le seul truc qui m’a vraiment bien fait rire ce sont les sondages. Après le Brexit et l’élection de Trump, la primaire vient je crois de définitivement liquéfier ce job. Sondeur, un vrai métier à risques, pire que dompteur de lions. Le second tour sera au moins un peu plus facile à prévoir pour eux. Il serait très étonnant que Fillon ne gagne pas. Et puis après  ? Il serait très étonnant qu’il ne batte pas la gauche. Reste donc son duel avec le FN. Au point où en est la stratégie de ce parti, ce n’est même pas un pronostic que de penser que Fillon décrochera le fauteuil suprême. Et quelle perspective mes amis  ! Je frémis à l’idée de cinq ans de règne de l’ami des Sikhs. A côté de cela, un Tranxene ressemblera à de la dynamite.

Je frémis à l’idée de cinq ans de règne de l’ami des Sikhs. A côté de cela, un Tranxene ressemblera à de la dynamite.

Bon vous l’aurez compris, il me sera très difficile de vous apporter une recension passionnée des épisodes à suivre de ces primaires. Et tout simplement parce que je crois que ce spectacle dégrade la politique, dégrade les fonctions briguées, ne répond pas au besoin impérieux de Sens que réclament nos concitoyens. Mais avec des millions de votants hier les primaires ne sont pas prêts de disparaitre hélas. On a finalement le système que l’on mérite. Pourtant, snober ces primaires, ne pas voter pour ces gens qui ne font rien depuis trente ans hormis nous débiter leurs salades aurait été la meilleur attitude. Bien plus en tout cas que d’aller voter au nom d’une stratégie alambiquée. Un grand appel au boycott comme entame du processus de délégitimation de toute cette classe politique usée et incapable. Raté, dommage, il y avait un bon coup à jouer. La prochaine fois peut-être … Bonne journée  !

 

 

Fermer le menu