Pendant la crise, la censure continue de frapper

Pendant la crise, la censure continue de frapper

Paris Vox – Attachée à la libre expression, la rédaction de Paris Vox considère qu’il est important de donner la parole à Tristan Rochelle du groupe militant lyonnais « Audace ». En effet, à l’instar d’autres initiatives politiques, « Audace » vient d’être frappé de censure sur Facebook.

Pourriez-vous présenter le groupe Audace à nos lecteurs qui ne le connaissent pas ?

Audace est une structure militante implantée à Lyon. Nous menons divers types d’actions allant du domaine de la solidarité -par l’organisation de maraudes à destination des Français les plus démunis notamment- au domaine strictement politique par l’organisation de petites campagnes d’agitation, comme celle que nous menions dernièrement auprès des lycéens et des étudiants lyonnais sur le thème de l’identité.

Votre compte Facebook Audace n’est plus disponible, que se passe t-il ?

Notre page Facebook officielle, par le biais de laquelle nous communiquions régulièrement à propos de nos activités militantes, a été supprimée ce matin sur décision de la plateforme américaine au motif de « non conformité avec les standards de la communauté » (comprendre avec le politiquement correct ).

Nous assistons plus généralement, outre notre cas particulier, à l’ostracisation progressive des différents acteurs de l’opposition nationale des réseaux-sociaux. En effet, cette censure n’est pas un fait isolé puisqu’elle a déjà frappé un certain nombre de formations politiques en France et en Europe, nous pensons par exemple au cas de CasaPound en Italie, et s’inscrit donc clairement dans le cadre d’un processus de criminalisation des discours nationalistes et identitaires.

Comment continuer à suivre vos actions ?

Vous pouvez continuer de suivre nos actions sur notre nouvelle page Facebook « Audace Lyon » et sur Instagram dont nous n’avons pour l’instant pas été bannis, ce qui ne saurait tarder, cette plateforme appartenant également à Mark Zuckerberg.

Nous vous invitons également à rejoindre notre canal sur Telegram où règne encore une large liberté d’expression et de diffusion en attendant que nous ne lancions notre lettre d’information.

Votre dernière publication incitait les gens à penser local face à une crise globale. En quoi cela est il pertinent et quelles actions recommandez-vous concrètement ?

La crise pandémique du COVID-19 n’est que l’une des nombreuses démonstrations de la faillite du mondialisme. La relocalisation des activités productives et le recours à des circuits courts est l’une des réponses à la crise sanitaire actuelle et à la crise économique que nous nous apprêtons à traverser.

À défaut de disposer des leviers de commande de l’État, tout un chacun peut à son échelle entreprendre de privilégier la consommation de produits locaux, notamment en soutenant les petits producteurs qui pour certains proposent des livraisons à domicile afin de ne pas perdre leurs stocks de marchandises. Il est indispensable de soutenir ce type d’initiatives et de faire preuve de solidarité avec ceux de nos compatriotes pour qui les mesures actuellement en vigueur s’avèrent être un désastre économique.

Nous vous laissons conclure

Merci à vous pour votre intérêt et pour cette tribune. Nous invitons à soutenir tous les médias de réinformation, de Vincent Lapierre à TV Libertés en passant par les sites comme le vôtre, qui représentent de véritables espaces de liberté. Solidarité avec toutes les victimes de la censure et du politiquement correct, le temps des samizdats est de retour !