Création d’une brigade anti-discrimination

Création d’une brigade anti-discrimination

Paris Vox – L’obsession des supposées «  discriminations  » ne faiblit pas. Le gouvernement a en effet annoncé le lancement d’une «  brigade anti-discrimination  ».

La secrétaire d’Etat Marlène Schiappa et le ministre Julien Denormandie ont ainsi fait part de la création de ce nouveau gadget inquiétant  : la brigade anti-discrimination (BADI). Celle-ci a pour objectif de « mettre en relation victimes et acteurs de la lutte contre les discriminations ».

La brigade est mise en place avec plusieurs partenaires associatifs, publics ou privés, parmi lesquels on retrouve les habituels persécuteurs de toute pensée dissidente ou non politiquement correcte : la DILCRAH, SOS Racisme, la Licra, le MRAP, SOS Homophobie, le Centre LGBT Paris Ile-de-France, l’Inter-LGBT ou l’association Droits d’urgence.

« La première mission confiée à la BADI, avec l’appui de Facebook France, sera de mettre à disposition de chacun une plateforme d’alerte, de mise en relation entre victimes et acteurs de la lutte contre les discriminations », ont expliqué Marlène Schiappa et Julien Denormandie. En langage clair, cela signifie que la censure des réseaux sociaux va être encore intensifiée.

La seconde mission proclamée sera de « sensibiliser la société » et la troisième d’évaluer « la pertinence des politiques publiques existantes et de proposer des mesures concrètes et efficaces ».

Pour une vision radicalement différente de cette envahissante problématique, on pourra lire l’excellent et courageux ouvrage de Thibault Mercier : « Athéna à la borne. Discriminer ou disparaître ?  ».

Fermer le menu