Debout la France soutient les opposants de Brueil-en-Vexin

Debout la France soutient les opposants de Brueil-en-Vexin

Paris Vox – Nous relations dans nos colonnes le combat du maire de Brueil-en-Vexin contre l’ouverture d’une carrière de ciment dans les Yvelines. Le mouvement Debout la France nous fait parvenir un communiqué pour dénoncer la faiblesse de la Communauté Urbaine Grand Paris Seine et Oise dans ce dossier.


Le communiqué :

Ce 19 octobre s’achève l’enquête publique concernant l’ouverture d’une carrière de ciment de 104 hectares dans les Yvelines. Au printemps 2018, le préfet a imposé aux communes rurales de Brueil-en-Vexin et de Guitrancourt une modification de leurs Plans Locaux d’Urbanisme afin de créer cette carrière pour l’usine Calcia de Gargenville.

La Communauté urbaine a donné au début du mois un timide avis négatif, purement consultatif. Celui-ci est arrivé très tardivement après avoir été annulé en amont de plusieurs conseils communautaires. Plusieurs élus, dont Pierre Bédier en tête, restent des soutiens au projet de l’État d’extension de la carrière  : « Le rôle des élus est de servir l’intérêt général de leurs administrés, pas de dire amen à toute proposition émanant de l’État, qui pourrait une nouvelle fois pénaliser les territoires ruraux yvelinois  ! » s’exclame Alain LONGERINAS, Secrétaire départemental de Debout la France dans les Yvelines.

En effet, le parti de Nicolas DUPONT-AIGNAN, bien que conscient de la centaine d’emplois en jeu pour les salariés de l’usine Calcia, soutient les opposants au projet de nouvelle carrière. Une carrière de ciment ne peut se situer à proximité d’une école, et encore moins dans un paysage classé. La zone cumule déjà plusieurs types de pollutions (industrielles, de l’eau, de l’air et des sols) à des niveaux plus élevés que la moyenne, renforçant le risque de cancer sur le territoire.

Les oppositions vont des élus, de tous bords, aux militants écologistes, en passant par les agriculteurs. C’est un dépassement des clivages de ceux qui servent l’intérêt général. Avec le projet de Ligne Nouvelle Paris Normandie (LNPN), cette carrière Calcia représente un nouveau projet désastreux pour nos territoires ruraux en termes agricoles, écologiques, sanitaires et de destruction des paysages. « Les agriculteurs ont déjà assez de difficultés au quotidien pour qu’on n’y ajoute pas une possible suppression de leurs exploitations. » déclare Alain LONGERINAS.

Debout la France Yvelines dénonce enfin le poids pris par les intercommunalités au détriment des communes puisque 45 maires du secteur se sont opposés fermement à ce projet. Les communes rurales sont lésées par ces Communautés urbaines aux compétences de plus en plus larges.

 

Fermer le menu