Fête de rentrée pour l’Université Paris 8

Fête de rentrée pour l’Université Paris 8

Paris Vox – L’université Paris 8 de Saint-Denis fait sa rentrée et invite plusieurs artistes dont le rappeur Fianso qui s’était notamment rendu célèbre en bloquant l’autoroute pour le tournage illégal d’un de ses clips.


L’Université Paris 8, située à Saint-Denis, organise sa fête de rentrée. C’est devenu une tradition pour l’Université Paris 8, c’est en effet la quatrième fois qu’a lieu cette fête de rentrée. Cette dernière a commencé le 27 septembre et se poursuit le 28 septembre.

L’inauguration de cette fête de rentrée a été assurée par Annick Allaigre, présidente de l’université.

La présidente de l’université présente ainsi cette fête de rentrée :

« Grand 8, véritable moment d’accueil, d’informations et d’échanges, revient pour sa 4e édition.
Avec plus de 200 exposants présents sur le campus, notre université poursuit sa démarche d’ouverture aux mondes qui l’entourent, afin d’ assurer bien-être et réussite aux étudiants qui contribuent à faire vivre notre territoire.
Cette université citoyenne à laquelle nous aspirons ne peut se construire qu’avec vous.
Je vous invite à découvrir le programme de ce Grand 8 et à venir partager des moments festifs et conviviaux ».

Le programme est riche et est consultable sur ici. On pourra signaler la présence du chanteur kabyle Idir ou celle de Fianso. Le rappeur de Seine-Saint-Denis qui avait défrayé la chronique en bloquant l’autoroute pour réaliser un clip vidéo sera la tête d’affiche de l’évenement.

En outre une exposition photographique « Résilience au bords du désert » qui représente des tirages photographiques sur le Maroc aura lieu dans la bibliothèque universitaire.

L’association Culture de banlieue a proposé un des « Ateliers graffitis » et « animation body-painting » jeudi 27. Les élèves pourront certainement apprendre à peaufiner leur technique en tags et graffitis dont ils avaient fait étalage lors du blocage de l’université l’an dernier.

 

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance