Autolib : Anne Hidalgo envisage « une alternative » à Bolloré

Autolib : Anne Hidalgo envisage « une alternative » à Bolloré

Paris Vox – Rien ne va plus entre la maire de Paris et le groupe Bolloré au sujet de la gestion des Autolib. Suite aux demandes formulées par l’entreprise (voir ICI), Anne hidalgo a déclaré que celles-ci étaient « extravagantes » et qu’elle « réfléchissait à une offre alternative ».


En effet, la mairie rappelle que « comme pour Velib, qui a été récemment reconcédé à un tiers, le syndicat (NDLR  : qui gère le service de transport public) peut parfaitement reconcéder s’il le souhaite le service Autolib à un nouvel opérateur. » Avec le même résultat catastrophique que pour le service de vélos en libre-service  ?

De son côté, dans un communiqué, le groupe Bolloré  affirme avoir « pris connaissance avec stupéfaction des déclarations d’Anne Hidalgo et du syndicat mixte Autolib Velib. « Il tient à rappeler que, par contrat signé entre les parties, il est clairement précisé que le groupe Bolloré, qui devait déjà financer les investissements, ne pouvait prendre à sa charge plus de 60 millions d’euros de pertes de ce service de transport public

Fermer le menu