Dîner chez Chartier : attrape couillon ou bon gueuleton ?

Dîner chez Chartier : attrape couillon ou bon gueuleton ?

Paris Vox – Il y a quelques jours, nous étions 3 membres de la rédaction de Paris Vox à dîner au fameux bouillon Chartier. Si la table est un incontournable des guides touristiques, que vaut-elle véritablement ?


Première question, était-ce-la un dîner ou un goûter ?

Il faut le reconnaître d’emblée, le dîner a commencé 17h30 afin d’éviter la file d’attente qui se constitue très rapidement – et très tôt – devant le restaurant. Pas question d’attendre pendant plus d’une heure pour manger, donc à table à 17h30.

Cela ne nous a cependant pas empêché d’attendre une bonne quinzaine de minutes pour être installés. Le restaurant n’est pourtant pas plein à cette heure-ci mais sans doute l’effectif en cuisine et en salle n’est-il pas au maximum.

Chartier

Nous sommes finalement installés à une table, par chance, celle-ci est stable, ce qui ne semble pas être le cas chez nos voisins !

Le serveur vient et nous apporte la carte, une simple feuille de papier. Simplicité, j’écris ton nom !

On reconnaîtra à ce serveur d’être plutôt sympathique et efficace.

Comme il est de coutume au bouillon Chartier, le serveur note la commande sur un coin de nappe. L’addition sera également faite à même la table en fin de repas. Une habitude qui émerveille certains touristes. Le serveur qui calcule tout de tête, ça en jette !

Les mets arrivent, tout dans le classique : œuf mayonnaise, avocat crevettes et museau vinaigrette. L’entrée est vite avalée que déjà arrivent les plats : blanquette de veau avec du riz, andouillette frites et escalope normande.

Chartier

Gros bémol pour les frites qui ne sont de toute évidence pas faites maison. Pour le reste, c’est plutôt bon.

Pour le dessert, un chou chantilly et une coupe melba raviront nos papilles.

Chartier

Soyons francs, la nourriture est bonne. Elle n’a rien de transcendante non plus mais est conforme au cadre et à ce que l’on peut en attendre. De la bonne nourriture traditionnel de bistrot.

Si le lieu semble être resté hors du temps, l’endroit est néanmoins assez propre et bien tenu, même si cela reste perfectible, certaines pièces de verreries et de couverts gardant trace du passage des précédents convives. Bon plan pour les radins qui voudraient gratter du rab gratis.

Le lieu est sympathique, le service semble toutefois approximatif car si notre serveur s’est avéré sympathique, certains qui servaient des tables voisines le semblaient beaucoup moins… Finalement,on n’est pas au summum de la gastronomie mais on le savait d’emblée. Toutefois, peu de choses semblent faites maison.

La « douloureuse » ne porte pas bien son nom ici ! Pour le même prix, il n’est pas possible de manger à deux chez Hippopotamus. Un très bon rapport qualité/prix donc, chose de plus en plus rare dans la capitale. En partant la file d’attente est conséquente, ce qui peut paraître excessif pour le coup, d’autres tables valent le coup dans le quartier, mais certains veulent tester le « mythe » à tout prix !

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance