Faire un don
Le nouveau Vélib’ aura plus de retard que prévu

Le nouveau Vélib’ aura plus de retard que prévu

Paris Vox- Le nouveau Vélib’ est censé arriver le 1er janvier prochain mais de nombreux retards dans l’avancée des travaux des stations ont été constatés. Conséquence, le Vélib’ nouveau ne sera pas disponible partout à temps.


Le nouveau Vélib’, dont Smovengo a ravi le contrat à JC Decaux, met plus de temps à être mis en place que prévu. Alors que 300 stations devaient être prêtes au 1er janvier, le nouveau concessionnaire de Vélib’ annonce que seulement un tiers de ces stations seront prêtes à temps, soit 100 stations.

Pour autant, Smovengo est confiant sur le fait que l’ensemble des stations soit fonctionnel au 31 mars comme initialement promis. Pour ce faire, ce sont pas moins de 80 stations par semaine qui devront être réaménagées.

Précédant le mécontentement des usagers et la période transitoire bancale, le Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole, la Mairie de Paris et la Métropole du Grand Paris ont décidé de mettre en place des mesures compensatoires pour les utilisateurs du cycle en libre service.

La Ville de Paris avait déjà annoncé la mise en place d’un quart d’heure supplémentaire gratuit pour les abonnés. Cette mesure reste en vigueur jusqu’au 31 décembre 2017.

De plus, les abonnés Vélib’ actuels bénéficieront d’un crédit de 3h offertes, pour tester au même prix les nouveaux Vélib’ électriques ou prolonger leur usage des vélos mécaniques.

Les nouveaux abonnés ne sont pas oubliés et bénéficieront quant à eux de 50 % de réduction sur leur abonnement mensuel en janvier, février et mars, correspondant à un geste commercial de 12,45 € pour un abonnement V-Max (Vélib’ électrique et mécanique) et de 4,65 € pour un abonnement V-Plus (Vélib’ mécanique).

Il importe pour le syndicat Vélib’ de prouver la pertinence de son système alors que de nombreux opérateurs privés proposent de nouvelles offres de vélos en libre service disponibles sans borne et sans abonnement. Le nouveau Vélib’ électrique proposera une offre différente et plus qualitative, est-ce que cela suffira à sauver le vélo en libre service ?