Wallerand de Saint Just répond à Paris Vox

Wallerand de Saint Just répond à Paris Vox

Paris Vox – Cette semaine, Paris Vox vous informait du départ de 3 élues du groupe FN  Ile de France Bleu Marine dirigé par Wallerand de Saint Just. Nous avons interrogé ce dernier sur cet événement mais également sur son sentiment vis-à-vis de la politique actuelle d’ Anne Hidalgo.


PV : Quelle est votre réaction à l’annonce du départ des 3 élues de votre groupe ?

Wallerand de Saint Just : Tout d’abord un grand étonnement… Aucun signe précurseur me faisait penser qu’elles allaient prendre cette décision. Je ne comprends plus particulièrement pas la réaction de 2 d’entre elles avec lesquelles nous avons toujours bien travaillé. Elles n’ont jamais exprimé de griefs particuliers vis-à-vis de la politique développée par le groupe… Peut-être y avait-il plus de difficultés au sein de la fédération mais si cela est exact, je ne suis pas au courant.

Le parallèle est compliqué à faire avec les départs philipotistes dans la mesure où ils ont été provoqués à cause d’une ligne soit disant « trop à droite » prise par le Front National…Or, dans le cas des 3 élues d’Ile de France, elles nous reprochent un virage « trop à gauche ». C’est à ne rien y comprendre. Surtout que nous n’avons pas su concrètement ce qu’on nous reprochait, elles ont été incapables de nous donner des exemples pour illustrer leur décision.

Personnellement, je trouve les faits graves, c’est une rupture vis-à-vis d’un engagement politique fort. La logique aurait voulu qu’elles démissionnent de leur poste dans la mesure où elles ont été élues en étant membre du Front National.

PV : Quelle est votre position sur la refondation qu’est en train de vivre le Front National ?

Wallerand de Saint Just : Les élections présidentielles et législatives ont été un séisme dans le paysage politique français. Les partis traditionnels, particulièrement le PS et les Républicains sont au plus bas. Le Front National connaît moins de difficultés.

Cependant, Marine Le Pen a eu raison de lancer cette refonte. Il est nécessaire que les questions essentielles soient revues. Un parti politique évolue, il est normal de se remettre en cause et d’intégrer nos adhérents dans cette nouvelle voie. Le questionnaire de 6 pages qui leur a été adressé a été un grand succès. Nous commençons le dépouillement. Le grand nombre de réponses prouve leur motivation et leur volonté d’y prendre part. Autre signe positif : le nombre de candidats pour l’intégration au comité central : pas loin de 500 personnes.

Je suis optimiste à propos de cette refonte et surtout après la période post-présidentielle. Les gens voyaient Marine Le Pen élue, leur déception fût considérable.

Mais il y a une dynamique malgré l’acharnement judiciaire et les persécutions auxquels nous tentons de résister avec nos faibles moyens. Tout le monde est prêt à aller au front.

PV : Anne Hidalgo a récemment fait parler d’elle dans des contextes différents : Dans une vidéo où on peut voir qu’elle circule uniquement en voiture et pour le programme pilote PLACE par lequel 35 réfugiés vont  être aidés pour prendre la voie de l’entreprenariat. Quel est votre sentiment sur ces deux sujets ?

Wallerand de Saint Just : Concernant le fait qu’Anne Hidalgo circule fréquemment en voiture, cela peut se comprendre, pour des raisons de sécurité par exemple. Ce n’est pas ça qui m’a choqué mais plutôt le fait que le chauffeur fait n’importe quoi sur la route, cela renvoie à l’adage fréquemment utilisé « faîtes ce que je dis, faîtes pas ce que je fais ». Ce genre d’attitudes, le fait de donner des leçons, sont typiques de la  classe bobo qui est détachée de la vie réelle, qui n’a pas besoin de se déplacer pour aller conduire ses enfants à l’école ou se rendre au travail. Ces gens sont incapables de se mettre à la place de ceux qui vivent ces contraintes au quotidien.

Concernant le programme PLACE, Aurélien Legrand a fait un communiqué très sec à ce sujet*. Il est inadmissible de mettre en place une nouvelle initiative qui est encore au détriment des franciliens…mais aussi des réfugiés. Pourquoi 35 d’entre eux seraient aidés ? Les aides qui leur sont apportées ne sont que ponctuelles et faîtes uniquement pour redorer l’image de ces politiques. C’est de la démagogie. Pendant ce temps-là ils sont des milliers à vivre dans des conditions épouvantables. Cette situation est un cauchemar également pour les habitants.

Ces 2 mesures sont symptomatiques de la politique du maire de Paris.

 

*Communiqué d’Aurélien Legrand

Fermer le menu