Migrations : Emmanuel Grégoire dénonce une fantasmatique « politique dissuasive »

Migrations : Emmanuel Grégoire dénonce une fantasmatique « politique dissuasive »

Paris Vox – Pour Emmanuel Grégoire, premier adjoint d’Anne Hidalgo, l’Etat mène une politique de « dissuasion migratoire« . Prompt à taper sur l’extrême droite, l’adjoint semble oublier les habitants de Paris.

Invité dans l’émission « Le Talk » du Figaro, Emmanuel Grégoire a plaidé notamment pour un meilleur accueil des migrants. L’élu a notamment cité l’Erythrée, le Soudan et l’Afghanistan comme pays d’origine des migrants. L’Office français de protection des réfugiés et apatrides indique de son côté que les principaux pays d’origine de la demande d’asile 2018 étaient l’Afghanistan (10 221), l’Albanie (8 261 demandes), la Géorgie (6 717), la Guinée (6 621) et la Côte d’Ivoire (5 256). Mis à part l’Afghanistan, ces divers pays sont plus « sûrs » que ceux cités par M. Grégoire.

La prétendue politique de « dissuasion migratoire », avec des moyens engagés « dérisoires » selon M. Grégoire, permet quand même par exemple aux migrants clandestins d’accéder gratuitement aux soins médicaments t (l’AME a coûté 943 millions d’euros en 2018) ou encore de voyager gratuitement en Île-de-France (pour un coût de 44 millions d’euros, voir notre ancien article).

La volonté affichée de vouloir héberger décemment les migrants est certes compréhensible. Elle a toutefois un coût, qui n’est pas dérisoire quoiqu’en dise l’adjoint au Maire. Pour rappel, l’hébergement des migrants coûtait en moyenne entre 20 à 22 euros par migrant et par jour selon François Ravier, secrétaire général de la préfecture de région. Les SDF et les mal logés ne semblent pas autant préoccuper M.Grégoire.

La déclaration d’Emmanuel Grégoire qui cherche « à taper » sur l’extrême droite afin d’engranger les suffrages dans le reste de l’arc républicain bute sur la réalité. Le nord de la capitale est laissé à l’abandon. La présence massive de campements sauvages, les maraudes incontrôlées qui génèrent des masses de déchets couplées à la colline du crack et la délinquance rendent la situation intenable pour les habitants. C’est bien là que que el fantasme de « dissuasion migratoire » est contredit par la réalité : malgré les relogements, les mises à l’abri et les évacuations menées il y a toujours de nouvelles tentes, toujours de nouveaux arrivants chaque semaine.. Au contraire des dires d’Emmanuel Grégoire, la politique migratoire du gouvernement n’est donc aucunement « dissuasive », les candidats à l’installation en France ne cessant d’être plus nombreux.

Fermer le menu