Aéroport de Roissy : deux ans après sa construction, la maison des organisations syndicales est toujours inoccupée

Aéroport de Roissy : deux ans après sa construction, la maison des organisations syndicales est toujours inoccupée

Paris Vox – Les travaux ont coûté 1,2 millions d’euros, dont 500 000 payés par les contribuables franciliens via le Conseil Régional, et pourtant le bâtiment devant accueillir les différents organismes syndicaux de l’aéroport de Roissy est encore inutilisé.


Ce bâtiment se retrouve en effet au milieu d’un bras de fer entre le groupe Aéroports de Paris et les huit organisations syndicales (CGT, CFDT, FO, CFE/CGC, CFTC, FSU, Unsa et Solidaires) qui devaient s’y installer. Ces dernières refusent en effet d’emménager du fait des frais de gestion réclamés par le groupe Aéroports de Paris et jugés excessifs.

Ces frais s’élevaient à l’origine à  36.150 euros par an, comprenant les frais de nettoyage, maintenance, assurances, collecte des ordures, eau, électricité et accès à Internet. Aujourd’hui, après d’âpres négociations, l’ADP ne réclame plus que 26 000 euros.  Encore trop cher pour la CGT qui refuse la facture et bloque la situation.

De son côté, ADP souligne qu’il prend à son compte les impôts à la charge de l’occupant et les charges propriétaires.

Un autre objet de désaccord est le prix du stationnement car désormais les visiteurs des lieux devront utiliser un parking  où la première heure est facturée 8 €.

Là encore, ADP répond avoir proposé l’attribution d’un certain nombre de cartes d’accès au parking pour les résidents du bâtiment, ainsi que la gratuité de 3 heures pour un certain nombre de visiteurs, mais la CGT exige est l’accessibilité gratuite pour tous les salariés de la plate-forme.

Une nouvelle réunion de conciliation est prévue entre les syndicats et ADP le 24 mai prochain.

Fermer le menu