Le grand mufti et la reine Marine

Le grand mufti et la reine Marine

Paris Vox a le plaisir de proposer à ses lecteurs une sélection des retranscriptions écrites des chroniques d’Arnaud de Robert, diffusées quotidiennement dans la matinale de Radio Libertés.


Le grand coup d’éclat médiatique (et j’essaie d’éviter de dire Buzz tout le temps), le grand coup médiatique d’hier donc est revenu à Marine Le Pen. La présidente du Front National était en effet en déplacement officiel au Liban. Après avoir été reçue par le président et le premier ministre libanais ainsi que par les autorités chrétiennes, Marine Le Pen devait rencontrer Abdellatif Deriane, grand mufti du Liban, c’est-à-dire le patron des sunnites libanais. La rencontre à comme vous le savez été annulée par le refus de madame Le Pen de se voiler pour rencontrer le mufti. Refus poli mais ferme de la candidate aux présidentielles qui a instantanément provoqué ce que les journaleux adorent appeler une polémique. Une polémique  ? Vraiment et pourquoi  ? Si l’on écoute nos petits plumitifs zélés,  Marine Le Pen ne se serait pas montrée respectueuse de la tradition en islam qui voudrait que la femme apparaisse voilée en présence de l’homme. Ce qui  a d’ailleurs permis au passage à la gaucho-bobo féministe Aurélie Filippeti de remporter une étape importante du championnat du monde de la connerie humaine et oligarchique en défendant hier soir sur BFMTV la position du mufti. T’inquiètes Aurélie, tu finiras bien par l’avoir ton quart d’heure de soumission.

Bref, comme d’habitude, la presse se drape dans les beaux principes pour attaquer qui l’arrange. Et là, sous prétexte qu’à Rome on fait comme les romains, madame Le Pen aurait dû se couvrir. Oui se couvrir de ridicule même, comme le rappelle cette photo de François Fillon en chaussettes à la mosquée Al Islam de la Réunion.

Parce que la presse n’aime tout simplement pas l’idée que Marine Le Pen puisse incarner la France, son indépendance et sa vérité

Et pourquoi encore une fois  ? Dois-je rappeler aux journalistes que l’exacte même attitude venant de Michelle Obama en visite en Arabie Saoudite avait été saluée jadis unanimement par la presse française comme le symbole de l’émancipation féminine occidentale  ? Dois-je rappeler aussi que, reçue par le Cheick de la grande mosquée d’Al Azhar, centre mondial de la pensée sunnite, Marine Le Pen n’était pas le moins du monde voilée  ? En fait, le seul problème de ce légitime refus est qu’il émane de madame Le Pen. Parce que la presse n’aime tout simplement pas l’idée que Marine Le Pen puisse incarner la France, son indépendance et sa vérité. Or, le refus poli de la présidente du Front National est bien justement un éminent geste de souveraineté politique autant qu’un signe net de non-contrainte. Je dis sur ce coup, royale la Marine (oui je sais elle est facile). Plus sérieusement, aurait-on imaginé une seconde le général de Gaulle en chaussettes et sa femme portant voile  ? Je crois que devant une visée assez orgueilleuse du mufti du Liban, madame Le Pen a fort bien agi en réintroduisant une forme de verticalité politique qui donne enfin une vraie image de la France et de l’Europe, c’est-à-dire courtoise mais pas obséquieuse. Le grand mufti a beau parler après coup d’une attitude « inappropriée », je crois bien au contraire que cette attitude est parfaitement appropriée pour répondre à une contrainte inopinée. Madame Le Pen n’a injurié ni manqué de respect à personne. Mais le signal est clair et pourrait se résumer à ce clin d’œil  : « avec moi, pas de salamalecs ». Je trouve même un brin de Trump dans cette attitude. Non pas en terme de provocation, mais bien plus parce que cela manifeste une volonté ferme d’incarner des principes, chose bien oublié depuis longtemps en politique. Alors, quelques grincheux peuvent voir dans cet « incident » une manœuvre de communication facile pour faire du buzz (à mince finalement je l’ai dit). Un buzz destiné à faire grimper sa cote et récupérer des votes. Je ne suis pas sûr du coup de com, mais il est indéniable que cela fera gagner des voix à madame Le Pen. Et alors  ? La volonté en politique ça paie. Il est grand temps qu’elle se manifeste enfin dans cette molle campagne des présidentielles. Qui velit potest  ! Bonne journée  !

Fermer le menu