Gastronomie : Le diplomate, plus qu’un dessert, une révolution !

Gastronomie : Le diplomate, plus qu’un dessert, une révolution !

Paris Vox (via Radio Libertés) – C ‘est sans doute le dessert dont la création est la plus surprenante. En effet, le diplomate a été créé dans des conditions bien particulières pendant  des heures décisives pour l’Histoire de l’Europe.


 

Nous sommes en 1815 lors du congrès de Vienne, Napoléon Ier a été battu lors de la bataille de Waterloo et a abdiqué. Les principales puissances européennes se réunissent dans la capitale austro-hongroise pour déterminer et établir un nouvel ordre pacifique sur le continent européen.

La France est présente lors de ce congrès à travers son plus grand ministre des affaires étrangères, dépêché par Louis XVIII, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, prince de Bénévent.

Talleyrand comme tous les princes de son rang ne se déplace jamais sans son maître-queux, autrement dit, son chef de cuisine.

Lors de ce congrès, la France, nation vaincue, n’est pas en droit de réclamer quoique ce soit mais plutôt d’accepter toutes les propositions qui lui seront soumises. En fin tacticien, Talleyrand demande donc à son cuisinier Antonin Carême de préparer un plat susceptible de convenir à tous les représentants présents. Plat qui pouvait bien évidemment être salé ou sucré…

En fin observateur Antonin Carême remarque que les discussions s’éternisent, si bien que les ambassadeurs, ministres, princes en oublient de manger. Alors une idée, qu’il soumet à Talleyrand, lui vient à l’esprit. Créer un plat sucré, froid et qui puisse se déguster à toute heure de la journée ! L’idée totalement ingénieuse séduit le prince. Mais il est impératif de trouver un nom à ce dessert, un nom qui puisse résumer la réunion emblématique qui se tient à Vienne. Ce nom c’est le « diplomate ».

Le diplomate est un dessert froid avec une crème anglaise ou une génoise et des fruits confits dans laquelle l’on fait tremper des tranches de brioches ou des biscuits cuillères. Ensuite le dessert est arrosé soit de Grand Marnier soit de Kirsch. A Vienne le diplomate était né ! 200 ans plus tard, il orne toujours les devantures des pâtisseries de Vienne et de Paris.

Floriane Jeannin

Fermer le menu