Hollande reconnaît le caractère « terroriste » du meurtre de Magnanville

Hollande reconnaît le caractère « terroriste » du meurtre de Magnanville

Paris Vox – Hier soir, lundi 13 juin, un homme se réclamant de Daech a assassiné de plusieurs coups de couteau un policier et sa compagne à Magnanville dans les Yvelines. Le criminel islamiste a tué le policier habillé en civil, devant chez lui, avant de se retrancher au domicile de sa victime où il a finalement été abattu par les policiers du Raid. L’enfant du couple, âgé de trois ans, a été retrouvé physiquement indemne mais extrêmement choqué.


L’assaillant serait un jeune musulman de 25 ans, Larossi Abballa, déjà condamné par la justice pour participation à une filière djihadiste entre la France et le Pakistan
Ce double meurtre a été rapidement revendiqué par Daech via l’agence Amaq, liée au groupe terroriste, qui a affirmé qu’un «combattant de l’Etat islamique» avait tué le couple près de Paris. Auparavant, le meurtrier s’était déjà revendiqué du groupe djihadiste au cours des négociations avec le Raid. Des témoins ont également rapporté aux policiers qu’il criait «Allah Akbar» en poignardant le policier.
Une série d’affirmations et de revendications qui rend difficile l’habituel scénario politico-médiatique du « déséquilibré » agissant seul et sans « réelles motivations religieuses ». Cette fois, les autorités sont bien obligées de se rendre à l’évidence, il s’agit bien d’un nouvel acte terroriste islamiste.
D’ailleurs, François Hollande, en marge d’une rencontre de l’OCDE à Paris, a déclaré qu’il s’agissait d’un «acte incontestablement terroriste». «J’ai une pensée pour ce couple qui ne faisait que son devoir. Ce couple a été «lâchement assassiné par un terroriste» a-t-il ajouté.
Ce nouveau meurtre, perpétré par un individu déjà impliqué dans des actions islamistes, pose encore une fois la question de l’efficience et de l’efficacité de la surveillance et du contrôle de ces milieux.

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance