Faire un don
Des plaques  commémoratives « inclusives »  à la Mairie de Paris

Des plaques commémoratives « inclusives » à la Mairie de Paris

Paris Vox – Malgré son surendettement abyssal, la mairie de Paris trouve toujours de l’argent pour faire la promotion de ses délires  « féministo-inclusifs ». Ainsi la ville n’a pas hésité à faire regraver des panneaux de marbre « en écriture inclusive » pour rendre hommage à ses anciens élus. Une urgence bien entendu pour les contribuables parisiens.

Montant de de cette opération de première nécessité : 18 609 euros.

Au mur du couloir menant à l’hémicycle, on peut désormais admirer deux plaques rendant hommage aux conseillers de Paris ayant effectué plus de vingt-cinq ans de mandat pour l’une ; aux présidents du Conseil de Paris pour l’autre. Elles sont toutes deux rédigées en écriture inclusive. «Conseiller.e.s» et «Président.e.s», est-il ainsi gravé en lettres d’or sur ces anciennes plaques commémoratives, dont l’une remonte à 1977. En les découvrant, des élus d’opposition ont dénoncé ce coûteux ridicule.

À la mairie, on répond que «la doctrine est de ne pas retenir l’écriture inclusive dans le libellé des plaques commémoratives». Ces deux plaques, souligne-t-on, constituent des exceptions au sein de l’Hôtel de ville. Sur le site de la mairie, l’écriture inclusive est en revanche de rigueur. Afin de «promouvoir, conforter et garantir l’égalité, dans ses actions à l’égard de ses agent·es comme de ses habitant·es et usager·es du territoire parisien», y apprend-on, Paris a décidé de déployer, en 2021, une démarche de «budgétisation sensible au genre» (BSG).

 En 2020, la ville, dont la dette s’élève à 7 milliards d’euros, a consacré 27,34 millions à l’égalité femmes/hommes.