Faire un don
Des bracelets anti-agression pour les conseillers Pôle emploi d’Île-de-France

Des bracelets anti-agression pour les conseillers Pôle emploi d’Île-de-France

Paris Vox – C’est une mesure qui révèle à la fois le tragique ensauvagement du quotidien et la crainte que les nouvelles mesures de la réforme de l’assurance-chômage soient si mal reçues qu’elles provoquent des réactions violentes parmi les chômeurs, même si la hiérarchie de Pôle-emploi nie tout lien entre la réforme et les nouvelles mesures de sécurité.

Quoi qu’il en soit, des bracelets anti-agression et des boîtiers d’alarme ont été commandés pour les agences pôle emploi d’Île-de France, révélaient jeudi nos confrères de France Inter. Alors que la réforme de l’assurance-chômage entre en vigueur ce 1er octobre, le rapprochement  est évidemment frappant.

Mais Direction générale de Pôle emploi confirme bien le dispositif, qui a été présenté aux représentants du personnel le 30 septembre, elle réfute sa corrélation avec la réforme du gouvernement.

«Le plan de sécurité, décliné au niveau local par chaque région, n’a rien à voir avec l’entrée en vigueur de la réforme de l’assurance chômage», précise ainsi l’organisme dans un communiqué.

Pour Jean Bassères, le directeur général de Pôle emploi, « ces mesures ont été décidées suite au drame de Valence (NDLR : une conseillère avait été assassinée) pour assurer la sécurité des usagers et des agents » et ne doivent pas être « instrumentalisées dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme de l’assurance chômage».

Ce sont ainsi 695 bracelets qui devraient venir équiper les agences d’Île de France, ceux-ci permettant de donner l’alerte en cas de danger. Ce dispositif serait une « expérimentation » visant à faire face à l’explosion du nombre « d’incivilités ».