Faire un don
Toxicomanie : Hidalgo veut des «nouveaux dispositifs» pour les consommateurs de crack

Toxicomanie : Hidalgo veut des «nouveaux dispositifs» pour les consommateurs de crack

Paris Vox – Totalement dépassée par la transformation du nord de Paris en zone de deal et de consommation de crack, le maire PS de Paris, Anne Hidalgo, se tourner vers le gouvernement et demande «de nouveaux dispositifs de prise en charge adaptés aux problématiques de consommateurs de crack» dans un courrier adressé lundi au premier ministre Jean Castex.

Selon Anne Hidalgo, ces structures doivent voir le jour «sur plusieurs lieux éloignés des zones résidentielles denses et des espaces de vie»,.

«Seul un réseau métropolitain de lieux d’accueil et de répit, ouverts de jour comme de nuit, et associés à des solutions d’hébergement avec accompagnement social et médical, est à même de répondre durablement à la détresse des usagers et des riverains», a notamment déclaré. Les riverains apprécieront sans doute au passage d’être mis sur que les toxicomanes délinquants.

Parallèlement, Le ministère de la Santé a officialisé vendredi son souhait d’autoriser durablement l’existence de salles de consommation à moindre risque, surnommées «salles de shoot», face au bilan prétendument  «positif» des deux structures expérimentées à Paris et Strasbourg depuis 2016.  Un bilan dont le caractère « positif » échappe en tout cas aux riverains de ces salles qui ne cessent de dénoncer les nuisances qu’elles entraînent et l’insécurité qu’elles engendrent.

Candidate potentielle à l’élection présidentielle, elle demande l’ouverture à Paris et dans la métropole du Grand Paris «dès cet été, sans attendre les évolutions législatives, réglementaires et budgétaires», de lieux tels que des «postes d’inhalation supervisée, avec encadrement médical et infirmier». Anne Hidalgo demande aussi la nomination d’un «référent Crack national» pour «remettre sur ses rails» le plan Crack lancé en 2019.

Des dispositifs permettant aux toxicomanes de se droguer en tout tranquillité que seront sans doute ravis de financer les contribuables franciliens et français.