La prise de conscience ou la mort de nos valeurs

La prise de conscience ou la mort de nos valeurs

Paris Vox (Tribune) – Pierre Pillerault revient sur les accusations de racisme qui ont émaillé la dernière rencontre européenne du PSG.

Il y a quelques années, dans un de ses sketchs, Jean-Marie Bigard disait que la peur du racisme faisait jusqu’à nier l’existence des couleurs : « Il est de quelle couleur le gars là-bas ? Oh je ne sais pas, honnêtement je ne sais pas… ».

Et bien nous y sommes puisque pour le simple fait d’avoir décrit un membre du staff stambouliote comme noir, le quatrième arbitre roumain du match de football Paris-Saint-Germain – Istanbul Basaksehir se retrouve dans la tourmente.

Qu’a t-il dit exactement : « C’est le Noir ici, va voir et identifie-le » (en roumain : « Acesta este negrul aici, dute sal vezi și sa l identifici« ).

Le membre du staff stambouliote incriminé, Pierre Achille Webo, entendant le terme negrul s’est estimé insulté de manière raciste, assimilant l’idiome negrul au terme negro. Cela ne signifie pourtant que noir en roumain mais cela a suffi à déclencher une vague d’indignation dans le landerneau footballistique après que les deux équipes ont décidé d’interrompre la rencontre.

Demba Ba, joueur sénégalais de l’équipe turque, estime qu’il est scandaleux de désigner une personne par sa couleur de peau, la totalité de la sphère médiatique lui emboîtant le pas. Si le quatrième arbitre de la rencontre a utilisé ce terme, on peut, sans beaucoup de risque de se tromper, présumer que c’est parce que c’était le moyen le plus simple de le désigner au milieu du staff turc. Qu’y a-t-il de raciste à désigner quelqu’un que l’on veut identifier par sa couleur de peau ? En quoi parler d’un noir est plus stigmatisant que de recourir aux termes grand, mince, blond ou baraqué ? On peut estimer dépréciatif de désigner quelqu’un par les mots gros, laid ou sale ; Demba Ba considère t’il qu’être noir est une tare à l’instar de ces qualificatifs ?

Quelle est la prochaine étape ? Distinguer une femme d’un homme sera sexiste ? Le plus effrayant dans tout cela est la quasi absence de voix médiatiques pour défendre ce pauvre arbitre roumain qui se retrouve paria dans son milieu. Moi, j’aimerais bien savoir si les stars du PSG se seraient comportées de la même façon face à une star de l’arbitrage d’Europe occidentale … Y aurait t’il une discrimination institutionnelle du monde du football envers tout ce qui provient d’Europe de l’Est et notamment les valeurs traditionnelles qui, contrairement à l’Europe occidentale, restent prédominantes là-bas ? La question mérite d’être posée et à travers elle, je l’espère, pourrait survenir une prise de conscience généralisée de la transformation de nos valeurs par la bien-pensance au pouvoir médiatique.

À bientôt.

Pierre Pillerault