Saint-Denis : la police municipale bientôt armée, l’extrême gauche en furie

Saint-Denis : la police municipale bientôt armée, l’extrême gauche en furie

Paris Vox – La Municipalité PS de Saint-Denis (93) souhaite armer sa police municipale comme promis pendant la campagne électorale. Face à cette décision, l’ensemble de l’extrême gauche locale se mobilise. Le maire déchu et ses camarades du PCF se joignent à la contestation.

Le conseil municipal de Saint-Denis se réunira le 10 septembre. A cette occasion, la municipalité devrait accorder de nouveaux équipements aux policiers municipaux.

Il est question de fournir à la police municipale des lanceurs de balles de défenses, des armes de poing de catégorie B et un drone de surveillance. Par ailleurs, la ville devrait créer une brigade cynophile.

Face à cette intention, l’extrême gauche et de nombreuses associations entendent se rassembler pour faire barrage à cette décision. L’appel à se réunir devant la Mairie de Saint-Denis a notamment été publié sur Facebook.

Le communiqué dénonçant une « surenchère sécuritaire » est contresigné par de nombreuses entités :

CNL la Courtille, Collectif Les Dionysiennes, Droit au Logement St-Denis, Ensemble Vivre et Travailler, Femmes de Franc-Moisin, le MRAP St Denis, RESF Saint Denis (Réseau Éducation Sans Frontières St Denis), CGT Territoriaux Ville de St Denis, CNT Educ 93, Union syndicale Sud-Solidaires St-Denis, Solidaires RATP Pleyel, Sud Education St-Denis, Sud Mairie de St-Denis, SUD Plaine Commune, FI St-Denis, NPA St-Denis, PCF St-Denis, L’Union Prolétarienne ML, UCL St-Denis…

Ces organisations politiques, associatives et syndicales semblent oublier le quotidien criminogène de la ville et l’insécurité que subissent les habitants.

L’ensauvagement de la ville de Saint-Denis, ‘est pas un fantasme agité par l’extrême droite comme le dénoncent ces entités sous perfusion d’argent public. Il s’agit bien d’une réalité quotidienne dans la ville.

La défaite amère des communistes

La Mairie de Saint-Denis a changé de majorité lors du dernier scrutin. La Mairie longtemps communiste a basculé Parti Socialiste. Dans un contexte de grande abstention, Mathieu Hanotin avait récolté 59,04 % des voix lors du second tour.

Cette défaite a été mal digérée par le camp communiste. Il faut dire que la ville était un bastion communiste depuis la fin de la seconde guerre mondiale…

L’ancien maire de la Ville, Laurent Russier se déclarait contre la création de brigades canines ou l’armement des policiers pendant la campagne.

A défaut d’avoir convaincu dans les urnes les électeurs de l’inutilité de cette mesure, le PC local manifestera devant une Mairie qu’elle a bien connue…