Un policier attaqué devant Notre Dame de Paris

Un policier attaqué devant Notre Dame de Paris


Paris Vox – Un policier en patrouille sur le Parvis de la Cathédrale Notre-Dame de Paris a été attaqué par un assaillant se revendiquant de l’État Islamique.

 

Vers 16 heures, mardi 06 juin, les réseaux sociaux bruissent rapidement d’une rumeur, plusieurs détonations auraient été entendues devant la cathédrale Notre Dame de Paris.  La préfecture de police a rapidement diffusé un message sur Twitter appelant à éviter le secteur de la cathédrale.

Alors que le parvis était évacué intégralement, les touristes et les fidèles présents dans la cathédrale y sont confinés. Les forces de police arrivent alors en nombre vers Notre Dame.

La Police sur le quai en direction de Notre Dame de Paris

Il apparaît qu’un policier âgé de 22 ans qui patrouillait sur le parvis de Notre Dame a été attaqué au marteau. L’agresseur serait un « étudiant » algérien d’une quarantaine d’années qui se revendique être «un soldat du califat».(les études semblent être longue pour lui…) En outre, il aurait hurlé « agir pour la Syrie » en brandissant son marteau.  Les collègues du policier agressé ont promptement réagi en tirant sur l’homme qui s’est écroulé au sol.

Le quartier fermé laisse libre court aux rumeurs et certains habitants du quartier pensent qu’un deuxième homme serait en fuite.

L’homme avait sur lui un pièce d’identité algérienne et  un couteau de cuisine en plus du marteau avec lequel il a attaqué le policier.

Les personnes enfermées dans Notre Dame de Paris ont été évacuées une par une après des contrôles d’identité effectués par la police. L’ensemble de la cathédrale a été fouillée à l’aide d’équipes cynophiles des forces de l’ordre.

Le policier et son agresseur sont actuellement hospitalisés.

Cette attaque devant Notre-Dame de Paris s’inscrit dans un climat d’attaques islamistes ayant eu lieu en Grande-Bretagne (1 attaque à Manchester et 2 attaques à Londres ces derniers jours.).

Il est encore trop tôt pour lier ces attaques aux menaces proférées par DAESH contre la France, l’Etat Islamique appelant ces soldats à faire couler le sang pendant le mois sacré du ramadan…

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance