« Greenpeace » sur le chantier de Notre-Dame, quelle sécurité ?

« Greenpeace » sur le chantier de Notre-Dame, quelle sécurité ?

Paris Vox – Des militants de « Greenpeace » étaient présents sur une grue du chantier de Notre-Dame de Paris. Au delà de l’action et de ses revendications, se pose la question de la sécurisation du site de reconstruction.

« Greenpeace France » était ce matin sur une grue du chantier de Notre-Dame de Paris. Les activistes écologistes souhaitaient alerter sur le « bilan catastrophe » d’Emmanuel Macron en terme écologique.

Dans un communiqué, le Président de la République est qualifié de « Champion des promesses, c’est sûr, mais pas des actes. Le mépris du président pour l’écologie transparaît dans un bilan catastrophique. Comment s’y prend-il pour toujours faire le contraire de ce qu’il dit ?« 

Cette action impressionnante fait la une de nombreux médias.

La sécurité du chantier en question

Rentrer facilement sur cette grue pose toutefois question. Comment les militants de Greenpeace ont-ils pu accéder au chantier. De nombreuses failles de sécurité avaient été relevées après l’incendie. Il faut croire que, plusieurs mois après, plusieurs de ces failles subsistent.

Interrogée sur France Inter, Roselyne Bachelot, nouvellement Ministre de la Culture, indique « On doit respecter ce chantier » car « toute intrusion peut avoir des conséquences tout à fait néfastes ».

Si la déclaration du Ministre est évidemment exacte, on se rassurera en constatant que les activistes ont seulement déployés une banderole et n’ont pas cherché a dégrader le bâtiment…

En espérant que de véritables dispositions soient désormais prises pour assurer la sécurisation du lieu et des travaux…