Municipales : déroute des communistes dans le Val-de-Marne

Municipales : déroute des communistes dans le Val-de-Marne

Paris Vox – Nouveau coup dur pour les communistes français à l’occasion du second tour des élections municipales. En effet, ils subissent plusieurs lourds revers dans ce le dernier département communiste de France qu’est le Val-de-Marne.  

Les derniers «  bastions rouges  » semblaient imprenables. Pourtant la droite est parvenue  à en faire tomber plusieurs ce dimanche 28 juin.

Dans scrutin marqué par une abstention record, avec un taux de près de 64 %, le PCF a connu une véritable déroute en perdant quatre de ses dix villes dont la très symbolique cité de Champigny-sur-Marne, terre de l’icône George Marchais qui, il est vrai, peinerait peut-être à reconnaître ses «  camarades  » de 2020, plus soucieux de théorie du genre et de promotion de l’immigration que de défense des travailleurs français.

A Valenton, sympathiquement surnommée «  la petite Sibérie  »,  le PCF est en déroute, c’est Métin Yavuz (LR, 52,38 %) qui remporte la ville pourtant aux mains des  communistes depuis près d’un siècle.  Choisy-le-Roi et Villeneuve-Saint-Georges tombent également aux mains de la droite.

C’est l’électorat populaire qui a lâché le PCF en ne  se rendant pas aux urnes. Celui-ci semble donc ne plus vouloir du «  système  » communiste, mêlant clientélisme et laxisme, les villes ainsi dirigées s’enfonçant dans l’insécurité, la saleté et le désordre.

Seule ombre au tableau pour la droite, la perte de Villejuif au profit d’une liste menée par le PCF Pierre Gazon. Ce scrutin a été marqué par l’intrusion de plusieurs individus dans un bureau de vote au moment du dépouillement. Une intrusion qui a entraîné l’intervention de la police. Un retour des bonnes vieilles méthodes du Parti  ?