A Paris, des collages pour dénoncer le « déni de justice » dans l’affaire Sarah Halimi

A Paris, des collages pour dénoncer le « déni de justice » dans l’affaire Sarah Halimi

Paris Vox – Plusieurs collages rappelant le meurtre de Sarah Halimi et dénonçant un « déni de justice » sont récemment apparus sur les murs de la capitale.

Rappelons que Sarah Halimi, femme juive âgée de 65 ans, avait été sauvagement tuée à son domicile en avril 2017 par Kobili Traoré qui a été déclaré «  pénalement irresponsable  » en décembre 2019. Cette décision avait bien évidemment suscité un grand scandale et choqué de nombreux observateurs, dont des représentants de la communauté juive.

Ces collages à la mémoire de Sarah Halimi sont réalisés sur le modèle des collages «  anti-féminicides  » qui fleurissent actuellement un peu partout. Ils visent à dénoncer «  l’impunité  » dont bénéficierait l’assassin grâce au laxisme de la justice qui a tranché en faveur de «  l’abolition du discernement  » du tueur malgré des analyses psychiatriques contradictoires.

 « La police était là mais n’a rien fait, la justice a refusé de faire une reconstitution… », accuse par ailleurs l’un des collages.