Le Sénat valide la création du « Centre national de la musique »

Le Sénat valide la création du « Centre national de la musique »

Paris Vox – Le Sénat a définitivement adopté  par un vote à main levée, la proposition de loi (REM) visant à la création à compter de janvier 2020 d’un Centre national de la musique, véritable serpent de mer de la politique culturelle.

« Maison commune » pour la musique, selon le ministre de la Culture Franck Riester, le CNM a vocation à rassembler le Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV), le Fonds pour la création musicale (FCM) et le Centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles (IRMA) ; le Bureau export de la musique française (Burex) et le Club action des labels et des disquaires indépendants français (CALIF) pourront le rejoindre.

Cependant, à peine, acté, le projet est déjà contesté par une partie des professionnels du monde musical qui y voient une «coquille vide» et critiquent le flou entourant son financement et son modèle de gouvernance.

Ainsi, pour Olivier Darbois, membre du conseil d’administration de la CNV et président de l’organisation patronale qui représente les entreprises du spectacle musical et de variété en France, le PRODISS,  «Il est temps de mettre la musique sur un pied d’égalité avec le cinéma. Mais il ne peut pas y avoir de CNM sans financement extra-sectoriel. L’établissement devra passer de 36 personnes travaillant à la CNV à 111 personnes et il n’y a pas une amorce de financement. Nous sommes à trois mois de son application, et on ne sait rien des programmes. Nous luttons pour que ceux existants soient reconduits, mais nous restons dans le flou artistique le plus total».

Avec un apport de l’Etat de 7,5 millions d’euros, le budget total devrait être d’environ 50 millions d’euros,

À titre de comparaison, celui du CNC atteignait plus de 700 millions d’euros en 2017.

Fermer le menu