Attentat islamiste raté de Notre-Dame : les réquisitions  des avocats généraux

Attentat islamiste raté de Notre-Dame : les réquisitions des avocats généraux

Paris Vox – La  14e journée du procès du groupe terroriste islamiste était consacrée aux plaidoiries des avocats des parties civiles et aux  réquisitions des avocats généraux. Voici le résumé de ces dernières.

  • Vingt ans de prison à l’encontre d’Amel Sakaou (avec période de sûreté aux deux tiers).

«  Son engagement dans la radicalité est total », insiste l’avocate générale. Si Amel Sakaou était venue s’expliquer face à la justice, la peine requise aurait été inférieure. On ne peut pas ne prendre en compte ce positionnement. Je suis extrêmement pessimiste sur son évolution.  » A déclaré l’avocat général.

-Vingt ans de prison contre Sarah Hervouët (avec une période de sûreté aux deux tiers) .

« Elle a montré un visage extrêmement inquiétant. Elle a fait le choix de poignarder ce fonctionnaire de police, elle voulait l’assassiner. Mais elle a toujours reconnu la matérialité des faits » a précisé l’avocat général.

  • Quatre ans de prison avec sursis contre Selima Aboudi, avec mise à l’épreuve de trois ans et obligation de suivi psychologique.

 « C’est la seule à reconnaître l’intégralité des faits sans les minimiser, même si elle du mal à s’exprimer. » conclut l’avocat général.

  • Vingt-cinq ans de prison contre Ornella Gilligmann (avec période de sûreté des deux tiers)

. « Elle avait une certaine maturité. Elle aurait dû être en mesure de réfléchir. L’amour n’explique pas tout, ce n’est pas une clause exonératoire. »

  • Trente ans de prison à l’encontre d’Inès Madani (avec période de sûreté des deux tiers) contre Inès Madani, qui encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

« La seule raison qui me pousse à ne pas demander la perpétuité, c’est son âge. Inès Madani doit pouvoir évoluer », note le magistrat.

  • La perpétuité contre Rachid Kassim

«  Le grand absent de ce procès, celui sans lequel rien ne serait sûrement produit, je réclame la peine maximale prévue pour les crimes qui lui sont reprochés, c’est-à-dire la réclusion criminelle à perpétuité avec une période de sûreté de 22 ans  » assène le magistrat.