Champs-Elysées : ouverts pour la finale de la CAN

Champs-Elysées : ouverts pour la finale de la CAN

Paris Vox – Laurent Nunez annonce que les Champs-Elysées ne seront pas fermés à l’occasion de la finale de la Coupe d’Afrique des Nations disputée par l’Algérie . A croire que les démonstrations de « liesse » et les scènes d’émeutes qui ont suivi les précédents matchs sont d’ors et déjà acceptés en haut lieu…

Les derniers matchs de l’Algérie lors de la Coupe d’Afrique des Nations ont été particulièrement commentés en France. De nombreuses scènes de « liesse » ont été constatées dans un grand nombre de villes. Ces scènes de joies et d’effusion interrogent forcément le « patriotisme » de ces foules. Ces hommes et ces femmes issus de l’immigration, dont beaucoup ont la nationalité française, s’enthousiasment devant une victoire d’un pays étranger, par ailleurs fantasmé. Plus inquiétant que ces scènes de joie, de nombreuses scènes de pillages et d’émeutes ont également été constatées sur les Champs-Elysées.

Champs-Elysées pas de fermeture en vue pour le match de l’Algérie

De nombreuses personnalités ont donc réclamé la fermeture des Champs-Elysées. A cette demande, Laurent Nunez oppose une fin de non-recevoir. En déclarant « Toute sanctuarisation d’espace pourrait être de nature à créer des troubles finalement plus importants que ceux qu’on veut contenir », l’opposition semble nette.

Le précédent Gilets Jaunes

La plus belle avenue du monde a pourtant été régulièrement fermée à la circulation lors des dernières manifestations des Gilets Jaunes. Christophe Castaner déclarait en novembre dernier sur le plateau de France 3 « Les Champs-Elysées seront ouverts aux piétons dans un dispositif très resserré, très hermétique, sur l’ensemble des accès aux Champs-Elysées (…) Ils pourront pénétrer, ils seront contrôlés avec une pièce d’identité, nous fouillerons les sacs ».

Visiblement ce qui s’appliquait aux Gilets Jaunes ne s’applique pas aux « supporteurs » pro-algériens et autres pillards…

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance