Lanceur de balles de défense : pour l’Europe, c’est non !

Lanceur de balles de défense : pour l’Europe, c’est non !

Paris Vox – Une nouvelle voix se lève pour contester l’utilisation des lanceurs de balles de défense, cette fois c’est celle du conseil de l’Europe.

On dénombre une vingtaine de manifestants qui ont perdu un œil depuis le début de la contestation des Gilets Jaunes. Si certains cas ont été très médiatisés comme celui deJérome Rodrigues, d’autres personnes éborgnées souffrent dans le silence médiatique.

Après Toubon, Dunja Mijatovic contre le LBD

Face à ces personnes mutilées, le gouvernement argue d’une répression proportionnée aux risques. Pourtant, de plus en plus de voix s’élèvent pour contester l’utilisation des lanceurs de balles de défense. Jacques Toubon, le défenseur des droits, avaient déjà indiqué qu’il était pour une mise au placard de cette arme. Il est désormais rejoint par Dunja Mijatovic, la commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe. Cette dernière déclare qu’il faut « suspendre l’usage du LBD dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre » .

D’autres recommandations ont été émises en direction du gouvernement via un Mémorandum sur le maintien de l’ordre et la liberté de réunion dans le contexte du mouvement des « gilets jaunes » en France. Ce dernier est consultable en suivant ce lien.

Des recommandations mais pas de changements ?

Pour autant, cette parole n’ayant pas de pouvoir coercitif, il y a peu de chances que le gouvernement suive cette recommandation, le Conseil d’Etat ayant par ailleurs estimé que les armes de type LBD étaient pleinement adaptées aux situations dans lesquelles elles ont été employées (CE ordonnances n° 427386, 427390 et 427418 du 1er février 2019) …

Fermer le menu