Un logiciel espion perce les défenses de Whatsapp.

Un logiciel espion perce les défenses de Whatsapp.

Paris Vox – Whatsap est une des applications de messagerie les plus populaires au monde  : 1,5 milliards d’utilisateurs en 2019. Une réussite fulgurante pour cette application créée en 2009. Une réussite qui repose en partie sur la promesse faite par l’entreprise américaine d’une application sécurisée. Or cette promesse a pris du plomb dans l’aile cette semaine avec un article du Financial Times, célèbre quotidien économique et financier britannique, révélant une faille sécuritaire.

Cette faille a permis à des pirates informatiques d’installer un logiciel espion sur les téléphones d’un certain nombre d’usagers en les appelant via la messagerie.

Whatsapp n’a pas été en mesure de dévoiler le nombre d’utilisateurs touchés par cette attaque. L’entreprise californienne avait décelé cette attaque début mai. Elle a ainsi mis en ligne une mise à jour de son logiciel 10 jours plus tard, censé avoir solutionné la faille exploitée par les pirates informatiques.

Une analyse menée par le Financial Times et des chercheurs en sécurité informatique estiment que le logiciel malveillant, installés sur les téléphones des utilisateurs de Whatsapp, est le produit d’une société israelienne, NSO Group, régulièrement accusée d’aider des gouvernements du Moyen Orient  au Mexique à espionner des militants d’opposition et des journalistes

Whatsapp a été racheté en 2014 par Facebook, le géant des réseaux sociaux. Deux ans plus tard, un des co-fondateurs de l’application, Jan Koum, avait décidé de quitter le conseil d’administration de l’entreprise suite à des désaccords concernant la vie privée et le chiffrement des données, pas assez sécurisée selon lui. Une nouvelle qui devrait, une nouvelle fois, porter ombrage au plus grand réseau social mondial.

Fermer le menu