Moustique tigre : comment endiguer son développement.

Moustique tigre : comment endiguer son développement.

Paris Vox – Le moustique tigre est installé en Ile-de-France depuis une quinzaine d’années. Face à cette présence qui inquiète, les autorités de santé régionale émettent une série de conseils pour stopper son développement.

Le moustique Aedes albopictus, dit moustique tigre, est installé en France métropolitaine depuis 2004. Son aire d’implantation en Île-de-France s’étend aujourd’hui dans les départements de Paris, de Seine-et-Marne, de l’Essonne, des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Ces départements sont ainsi classés au niveau 1 du Plan de lutte contre la dissémination du Chikungunya, de la Dengue et du Zika, pathologies dont le moustique tigre peut être le vecteur. Au cours de la saison 2018, le moustique tigre a été observé de façon sporadique dans les Yvelines, il est en revanche considéré absent du Val-d’Oise

Risque modéré

Il est important de rappeler que le moustique tigre ne pose pas de risque de transmission de maladie s’il n’a pas préalablement piqué une personne malade, ce qui est excessivement rare en Île-de-France.

Le moustique tigre se développe particulièrement bien au contact de l’homme dans les zones urbaines. Il se déplace peu et reste dans une zone d’un rayon de 150 m, l’endroit où il pique est donc très probablement proche de l’endroit où il est né. L’environnement urbain lui apporte tous les lieux de ponte et de repos dont il a besoin pour se développer.

Prévenir la prolifération du moustique tigre

Seules les moustiques femelles piquent, pour leur permettre de se reproduire. Après la piqûre, elles recherchent des points d’eau stagnante dans leur environnement pour pondre leurs œufs. Coupelles, soucoupes, jardinières, vases ou encore gouttières sont autant de récipients qui, une fois plein d’eau, sont de formidables lieux de pontes. C’est pourquoi la participation de chacun est nécessaire pour priver le moustique de son habitat, et ainsi lutter contre sa prolifération. Voici donc les bons gestes à adopter :

  • éliminer les endroits où l’eau peut stagner (déchets verts, pneus usagés, encombrants…) ;
  • vider les récipients contenant de l’eau (arrosoirs, soucoupes…) ;
  • changer l’eau des plantes et fleurs chaque semaine ;
  • vérifier le bon écoulement des gouttières ;
  • couvrir les réservoirs d’eau (bidons, citernes, bassins…) et les piscines hors d’usage

Source : Préfecture d’Ile de France

Signaler la présence du moustique tigre : signalement-moustique.anses.fr 

Fermer le menu