Européennes : les dés sont-ils pipés ?

Européennes : les dés sont-ils pipés ?

Paris Vox (Tribunes) – A l’approche des élections européennes, Jean Ernice livre son sentiment et, selon lui, les dés sont pipés.

L’approche des élections européennes provoque un léger frémissement en France. Cela se constate dans les conversations au bistrot ou dans les foyers. On parle un peu moins des « Gilets Jaunes » et on disserte dorénavant de la nullité de Loiseau. Les castors (électeurs) se comptent et se rassemblent en vue de faire barrage au RN. Pourtant cette élection à venir, loin d’être idylliquemeent démocratique, est corrompue pour de nombreux motifs. J’ai volontairement écarté le manque de probité de certains (nombreux ?) candidats pour m’intéresser uniquement à des contingences plus pratiques.

Couverture médiatique inégale

Les chaînes de télévision et les radios organisent des débats. De nombreux candidats sont oubliés lors de ces rencontres. Benoit Hamon, ce Jean Moulin 2.0, va s’étouffer de rage de ne pas être invité dans tel ou tel débat mais n’a cure de l’absence de Vincent Vauclin ou de la représentante du « Parti Pirate ». Le temps de présence à l’antenne infue pourtant largement sur le vote a venir. Si Nathalie Loiseau aura 55 minutes de temps d’antenne, 21 autres listes auront 3 min 30. La tête de liste « En Marche » pourra également compter sur le temps d’antenne non décompté d’interventions mises sur le compte de la gestion de l’Etat…

Un scrutin censitaire et mesquin !

Les admirateurs de notre système se gargarisent à longueur d’antenne d’égalité républicaine. Pourtant, le système électif est censitaire par essence. C’est ainsi qu’on estime qu’il faut réunir 1 million d’euros pour imprimer les bulletins et professions de foi. A cela, il faut ajouter le prix des locations de salle des meetings et de tout le marketing politicien. Le système offre la possibilité aux petites listes de se présenter sans offrir de bulletins de vote. C’est à l’électeur d’imprimer son bulletin. Et là encore le système est fourbe. Le code électoral stipule clairement que les bulletins doivent être imprimés sur du papier d’un grammage de 70g. Le papier utilisé couramment en France est de 80g. On peut certes trouver ce papier dans le commerce. Mais celui qui n’aura pas anticipé ou vu cette nuance pourra voir son vote considéré comme nul…

J’aurais pu citer bien d’autres éléments pour dénoncer cette fumisterie élective. Je ne serais pourtant pas abstentionniste dimanche 26. J’irais voter pour une liste sans budget mais où 79 femmes et hommes ont eu le courage de se présenter. Certains prennent de grands risques personnels en s’engageant ainsi alors que leur candidature est avant tout un témoignage et un signal d’alarme.

Jean Ernice

Fermer le menu