Juillet 2018, le triomphe de la racaille

Juillet 2018, le triomphe de la racaille

Paris Vox  (Tribune) – Jean Ernice estime dans sa tribune que la « racaille » a triomphé pendant ce mois de juillet et il explique pourquoi avec trois exemples. La Coupe du Monde, l’affaire Benalla et le Tour de France sont le décor d’une « France affaiblie » selon lui.


Le narrateur tient à s’excuser par avance du texte qui suit. Cette tribune à haute teneur réactionnaire est certainement un effet secondaire des transports en commun surchargés couplés à une canicule mal supportée !

Acte 1 : La France championne du monde de football

En 1998, la France chantait d’une voix quasi-consensuelle “I will survive”. Vingt ans après, on peut constater que la France a bien survécu. Pourtant, tout n’y est pas rose. Les pillages, les agressions, les viols ont été les fruits viciés de la victoire de 2018. La racaille d’en bas a investi le territoire. Elle brave les lois et règne en maître face à une population résignée ou apeurée. Les quelques garde à vues ne dupent plus personne, la France est faible, le voyou le sait et en profite…

Acte 2 : l’éclatement de l’affaire dite Benalla

Quelques jours après l’euphorie du Mondial éclate l’affaire Benalla. Chargé de la sécurité d’Emmanuel Macron, Benalla a été filmé le 1er mai « déguisé » en policier en train de maltraiter des manifestants gauchistes. L’indignation est générale et grandit au fur et à mesure de l’affaire. On découvre rapidement les émoluments étonnamment élevés du conseiller. Ce dernier est également logé aux frais de la princesse. Et le nœud du problème, c’est que le gorille présidentiel aurait été couvert dans ses barbouzeries du dimanche par plusieurs éléments de sa hiérarchie…. Là, on touche au sublime, les responsables publics et politiques se succèdent devant les commissions du Sénat ou de l’Assemblée Nationale. Ils se défaussent sur leurs subalternes, sont amnésiques et parfois même se dédisent. Le clou du spectacle est sans doute la sortie digne d’un mauvais remake de Scarface d’Emmanuel Macron : « Qu’ils viennent me chercher ! ». On avait eu le président normal, on a désormais le président racaille !

Bonus : le Tour de France et ses gendarmes

Des agriculteurs ont décidé de saisir l’occasion du Tour de France pour rappeler leur situation à la population. Les nourriciers du peuple meurent en effet à petit feu dans une relative indifférence.  Ils ont donc manifesté et « bloqué » temporairement la grande course cycliste. La répression de cette manifestation a alors été fortement disproportionnée. Avec en point d’orgue cette image de ce gendarme qui asperge de gaz une manifestante pacifique. Ici, la racaille est en uniforme. Quel besoin pour ce militaire de gazer une femme assise sur la route et totalement désarmée ? 

Les forces armées de ce pays sont trahies par une élite qu’ils servent aveuglement. Coincés dans l’étau entre la racaille d’en bas et d’en haut, certains décident apparemment de se soumettre à cette ambiance générale. Cela ne les rendra ni sympathiques, ni efficaces.

En juillet, la racaille d’en haut, d’en bas et périphérique a triomphé. Vivement août ?

Jean Ernice
Fermer le menu