Paris : 10 logements par an accordés à des migrants LGBT

Paris : 10 logements par an accordés à des migrants LGBT

Paris Vox – Alors que les prix de l’immobilier continuent de s’envoler dans la capitale et que de nombreux parisiens sont exilés toujours plus loin en banlieue, une convention tripartite a été signée, ce mardi 10 juillet 2018, entre la mairie de Paris, l’Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et trans’ à l’immigration et au séjour (Ardhis) et le bailleur social Adoma, pour mettre à disposition des migrants LGBT+ 10 studios par an.


La ville de Paris était représentée par son adjoint au maire en charge du logement, Ian Brossat, et Hélène Bidard, l’adjointe chargée de la lutte contre les discriminations.

Suite à cette convention, 10 logements à Paris intra-muros seront donc réservés à des migrants LGBT chaque année.

Les associations pro-migrants et pro-LGBT ont appuyé leur lobbying auprès de la mairie et des bailleurs sociaux sur le fait que 1093 demandes d’accompagnement de demandeurs et demandeuses d’asile LGBT+ auraient été faites en 2017. Pour eux « permettre aux migrants LGBT+ qui ne peuvent pas être hébergés par de la famille ou des connaissances et encore moins postuler pour une location dans le privé, d’avoir un toit, c’est aussi leur donner un cadre pour effectuer les nombreuses démarches administratives qui leur incombent et mieux les accompagner. »

Selon la convention, la mise à disposition du logement est « temporaire » mais aucune limite concrète n’est fixée puisqu’ « elle se fera aussi longtemps que le réfugié en a besoin avant de pouvoir intégrer le parc locatif privé ».

Le renouvellement de la convention se fera tacitement tous les ans. 10 logements supplémentaires seront rajoutés chaque année.

Mais les associations ne comptent pas s’arrêter en si bon chemins et vont solliciter d’autres bailleurs.

 

Fermer le menu