La vie de Saint Eugène

La vie de Saint Eugène

Paris Vox – Paris Vox propose à ses lecteurs une série de biographie sur les saints personnages qui ont fait la gloire de l’Eglise de Paris, l’une des plus anciennes de Gaulle, et qui font encore aujourd’hui le prestige de la Capitale.


Saint Eugène, compagnon de Saint Denis et martyr près de Paris.

Eugène, martyrisé pour la foi de Jésus-Christ vers 280, vint d’Italie dans les Gaules avec saint Denis et les autres missionnaires qui l’y accompagnèrent pendant le troisième siècle. L’histoire ne nous apprend rien d’autre, sinon qu’après avoir travaillé et beaucoup souffert pour établir la religion de Jésus, il mérita de couronner sa belle carrière par un glorieux martyr, à Deuil en Parisis (actuelle ville de Deuil-la-Barre), quelque temps après son bienheureux maître saint Denis. On a confondu assez longtemps ce saint martyr avec un autre Eugène qui mourut évêque de Tolède en 657, après avoir gouverné cette église pendant douze ans.

Un ancien manuscrit conservé autrefois à l’abbaye de Saint-Denis et attribué à Flohaire, religieux de cette abbaye, rapporte que la paix ayant été rendue à l’Eglise, un homme illustre, nommé Ercold, fut averti en songe de faire retirer de l’étang de Marchais le corps de saint Eugène que les païens y avaient jeté lors de son martyre. Cet homme fit construire une chapelle sur une de ses terres, et y déposa le corps du bienheureux près du village de Deuil. Il se faisait dans les huitième et neuvième siècles un grand concours au tombeau du saint martyr ; plusieurs miracles y furent opérés. Les reliques n’y restèrent pourtant pas, car elles furent transférées à l’abbaye de Saint-Denis. On construisit, dans le onzième siècle, un prieuré près de l’église de Saint-Eugène ; il a subsisté jusqu’au dernier siècle. Il est célébré le 15 novembre.