Des écrivains se mobilisent pour que les cendres de Michel Déon reposent à Paris.

Des écrivains se mobilisent pour que les cendres de Michel Déon reposent à Paris.

Paris Vox – Plus d’une centaine d’écrivains et éditeurs ont demandé par pétition, ce lundi 19 février, à la mairie de Paris de donner une sépulture à l’illustre écrivain et académicien Français Michel Déon, affirmant que « son œuvre, sa personnalité, son rayonnement international ne méritent pas cette situation déplorable ».


Pour Antoine Gallimard, Emmanuel Carrère, Irène Frain, l’académicien Erik Orsenna, Amélie Nothomb, Delphine de Vigan, Yasmina Reza, Didier Decoin, Jean-Christophe Rufin, Guillaume Musso, Michel Houellebecq, Eric-Emmanuel Schmitt ou encore Sempé, la présence de Michel Déon à Paris, « comme celle de Proust, Stendhal, Baudelaire, Sartre, contribuera au prestige déjà grand d’une ville indissociable de notre histoire intellectuelle et littéraire ».

L’auteur de « La Montée du soir », d’« Un Taxi mauve », mort le 28 décembre 2016 à 97 ans en Irlande, a été incinéré et ses cendres rapatriées en France par sa famille, qui souhaitait les faire inhumer dans la capitale. C’était sans compter sur une opposition inattendue de la mairie qui a refusé d’octroyer une dérogation aux règles d’inhumation en vigueur à Paris, arguant d’un surprenant manque de place. (Paris Vox évoqué ce scandale dès janvier 2017 : voir ICI )

Face à la gronde engendrée, le maire de Paris a cependant souligné qu’elle souhaitait « faire évoluer » le règlement « pour permettre à de grandes personnalités parisiennes de cœur si ce n’est de résidence, par exemple à des artistes du monde entier, d’être enterrées dans notre ville ».

Faute de pouvoir faire céder Anne Hidalgo, la pétition pourrait accélérer la création d’une commission d’examen des conditions de cet accueil post-mortem, offrant ainsi au maire de Paris une solution de compromis face à sa première décision idéologique très mal comprise par de nombreux intellectuels de droite comme de gauche.

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance