Le centre pour migrants du boulevard de la Villette va déménager - ParisVox

Le centre pour migrants du boulevard de la Villette va déménager

Paris Vox – C’est une victoire et un soulagement pour les riverains du 127, Boulevard de la Villette à Paris. En effet, depuis maintenant un an et demi le seul centre pour clandestins célibataires de Paris était situé à cette adresse. Les riverain, accablés par les nuisances de tous ordres, ont finalement eu gain de cause avec le déménagement annoncé du centre cette année.


C’est lors d’une réunion à la préfecture que les riverains ont appris la bonne nouvelle. Le préfet a en effet acté le déménagement du centre géré par « France Terre d’Asile ». En un peu plus de 18 mois ce sont près de 40 000 demandes d’asile qui ont été enregistrées. (voir : https://www.parisvox.info/2018/01/11/immigration-forte-augmentation-demandes-dasile/)

Comme toujours, la présence d’un tel centre n’était pas sans conséquence pour le voisinage. En effet des files d’attentes de clandestins devant la porte du centre, jour et nuit, sont venues à bout de la patience des riverains dont certains menaçaient de se mettre en grève de la faim si le centre ne fermait pas prochainement.

Si ce centre avait autant de «  succès », outre le nombre exponentiel de migrants, c’est notamment parce que c’était le seul centre d’accueil pour les hommes célibataire de Paris. Avec le système du « premier arrivé premier servi  », personne ne voulait partir avant d’être reçu causant donc une occupation totale et sans interruption de l’espace public.

Ce chiffre de 40 000 hommes célibataires ayant fait une demande d’asile met d’ailleurs à mal l’argumentaire des associations pro-immigration qui voudraient imposer l’image de familles, de femmes et d’enfants fuyant la guerre et tentant de venir s’installer en Europe.

Bien sûr, le centre ne ferme pas, il déménage seulement sur un site situé au Boulevard Ney appartenant à la préfecture. “France Terre d’Asile” a “accepté” (sic) sur le principe le déménagement mais veut en négocier les termes. Encore une fois, on déplace le problème à défaut de le résoudre…

 

© ParisVox.info 2016 - Dépêche libre de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine.
Vous avez dit « bon
Yennayer, le nouvel
Notez cet article :