Subventions du Conseil Régional : le grand écart de la majorité

Subventions du Conseil Régional : le grand écart de la majorité

Paris Vox – Le conseil régional a voté plusieurs subventions à des associations communautaires ou faisant la promotion d’idéologies contraires à ce que prétend promouvoir Valérie Pécresse. 


L’Île-de-France, comme toutes les collectivités, distribue de nombreuses subventions. Parmi celles-ci, certaines sont accordées à des associations dont diverses revendications vont à rebours de ce que prétendent promouvoir les Républicains. Pourtant, la majorité régionale vote allègrement l’octroi de subsides publiques à ces associations. Les électeurs  franciliens ont-il voté « à droite » pour cela ?

Nous vous proposons ici une recension non exhaustive de ces subventions.

L’association « Genre et Ville » va recevoir 35 000 euros. Cette association travaille ardemment sur les questions de “normes de genre, d’âge, d’origine sociale et culturelle, d’identité, d’orientation sexuelle.”. L’association est également grande utilisatrice de l’écriture dite inclusive.

On peut citer également la subvention de 15 000 euros accordée à l’association « Les Dorine ». Cette association lutte contre la radicalisation et s’engage pour favoriser la place des femmes dans l’espace public. Ainsi cette association soutient les Femen et déclare sur son site internet que leurs actions (sont) percutantes, pertinentes et nécessaires”. L’association est également favorable à la PMA et la GPA.

Le centre LGBT reçoit pour sa part  5 000 euros ce mois ci- afin de créer un cycle de débats sur les discriminations subies par les LGBT. Le centre LGBT parisien est un fervent défenseur de la GPA. et promeut une vision communautaire.

Seul le groupe FN s’est opposé au vote de ces subventions, comme nous pouvons le voir sur le compte Twitter du groupe.

La LICRA dans le viseur frontiste

Le conseil régional a également voté une subvention de 75 000 euros à la LICRA « pour la défense des valeurs de la République, du principe de laïcité et pour la prévention de la radicalisation ». Là aussi, le groupe FN s’est prononcé pour le retrait de cette subvention, arguant que la LICRA est une association « ultra politisée » qui devrait subsister « grâce à ses ressources propres, ses adhérents et ses parrains » 

Fermer le menu