Triel-sur-Seine : les migrants « temporaires » sont là depuis 2 ans

Triel-sur-Seine : les migrants « temporaires » sont là depuis 2 ans

Paris Vox – Le 23 octobre 2015, quatre-vingts clandestins évacués du lycée parisien squatté Jean-Quarré arrivaient à Triel-sur-Seine. Ils étaient accueillis en urgence dans l’ancienne maison de retraite « Les Tilleuls » fermée 4 mois auparavant. Pour calmer les réticences des riverains, la préfecture annonçait alors que les migrants devraient rester uniquement jusqu’à fin mars 2016, le temps de l’examen de leur situation par les services de l’Etat.


Le maire de Triel-sur-Seine, déclara même à l’époque « si j’ai bien compris, ils ne seront plus dans la commune d’ici la fin de l’année. » Deux ans plus tard, « Les Tilleuls » sont toujours occupés par plus d’une centaine de migrants. Ce que les riverains avaient cru n’être qu’une solution provisoire s’est finalement installé dans le temps  : l’ancienne maison de retraite est devenue un CHUM (centre d’hébergement d’urgence migrants) destiné à recevoir des migrants à chaque démantèlement de campement sauvage parisien.

L’effectif maximal a été fixé à 120 personnes et il y a un roulement entre ceux qui sont envoyés en province une fois leur situation traitée et ceux qui arrivent de Paris une fois évacués. Une quinzaine de salariés de la Croix-Rouge est présente 24h/24 et l’Etat renouvelle le contrat de prise en charge avec la Croix Rouge tous les 6 mois (le contrat actuel court jusqu’au 31 décembre 2017). Majoritairement Soudanais au départ les occupants sont maintenant Afghans, Tibétains mais aussi Guinéens ou Burkinabés et ils sont logés, nourris, blanchis (l’Etat paie 25 euros par jour), ont leur transport jusqu’à Paris payé et bénéficient de l’allocation pour demandeur d’asile. Côté municipalité, initialement le maire Joël Mancel avait mollement souhaité que la réquisition de la maison de retraite ne soit que temporaire. Malgré l’occupation du toit du bâtiment par des militants de Génération Identitaire qui entendaient dénoncer la reconversion de la maison de retraite en centre d’accueil pour clandestins en novembre 2015 et une manifestation des clandestins en août 2016 qui entendaient eux  protester contre la qualité de la nourriture qui leur était servie et l’absence de Wifi, le maire s’accommode finalement  bien de cette situation puisqu’il est même allé jusqu’à signer un manifeste de la LDH en faveur de l’accueil des migrants l’année dernière. La mairie n’a pas répondu à nos questions concernant l’éventuelle fin de cette occupation.

Triel-sur-Seine
Triel-sur-Seine : les migrants « temporaires » sont là depuis 2 ans
Fermer le menu