Une campagne d’affichage réclame l’interdiction de la détention d’animaux par les cirques

Une campagne d’affichage réclame l’interdiction de la détention d’animaux par les cirques

Paris Vox – Une campagne de publicité dans les couloirs du métro parisien réclame à la ville de Paris l’interdiction de la détention d’animaux par les cirques.


Une nouvelle campagne d’affichage prend place dans le métro depuis quelques jours. Cette campagne est menée par l’association Paris Animaux Zoopolis. Elle demande à la ville de Paris d’interdire la détention d’animaux dans les cirques itinérants. L’affiche souligne par ailleurs que plusieurs villes européennes ont déjà proclamé pareille interdiction.

L’association s’est fait connaître par une pétition ayant réuni plus de 26 000 signatures sur la plateforme Change. (https://www.change.org/p/madame-hidalgo-anne-maire-de-paris-elus-conseil-de-paris-pour-un-paris-sans-captivit%C3%A9-animale).

La Mairie de Paris n’ayant pas encore donné raison à l’association, cette dernière passe à la vitesse supérieure. Selon Libération, les affiches qui ornent les couloirs du métro sont le fruit d’une collaboration entre l’association animaliste et la marque de cosmétique Lush.

On notera que certains grands cirques ont d’ores et déjà renoncé au fait d’avoir des animaux. C’est notamment le cas du cirque Joseph Bouglione. Cette annonce avait été accueillie très favorablement par les associations de défense des animaux.

Mais pour les cirques cette décision est lourde, l’absence d’animaux rend le cirque 100 % humain, ce qui oblige à faire preuve de créativité pour proposer un spectacle à la hauteur des attentes du public. Cependant, certains sondages semblent indiquer le désamour croissant des français pour les cirques avec des animaux.

En parallèle à ce combat, l’association en mène d’autres que l’on peut retrouver en détail sur son site internet : http://zoopolis.fr/

L’association est notamment favorable à une interdiction de la pêche à Paris (il est interdit de consommer ou de commercer les poissons parisiens mais la pêche n’est pas interdite). L’association s’indigne également des campagnes de dératisations menées par la mairie de Paris. Arguant de la douleur des rats face au traitement de dératisation, l’association promeut de son côté une campagne de contraception généralisée pour nos voisins rongeurs.

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance