Evry : le violeur et tortionnaire « anti-français » jugé en appel

Evry : le violeur et tortionnaire « anti-français » jugé en appel

Paris Vox – Condamné à 30 ans de réclusion en première instance, le violeur âgé de 17 ans au moment des faits en 2014 passe aujourd’hui en appel. Déjà récidiviste, il doit à nouveau répondre d’actes de viol et de torture sur une jeune femme sortant de la gare d’Evry-Courcouronnes (Essonne).


Les faits incriminés sont particulièrement abominables, la victime ayant été violée collectivement, torturée et humiliée avec une violence et un sadisme défiant l’imagination.

À partir de ce mercredi 31 mai  et jusqu’à vendredi 2 juin, le meneur de la bande des agresseurs incriminés est jugé en appel au tribunal de Melun (Seine-et-Marne). Au moment de l’agression, il était entouré de trois complices âgés de 13 à 15 ans.

Lors de leur arrestation grâce aux images de la vidéosurveillance de la gare, les quatre bourreaux ont avancé des arguments de racisme anti-français pour expliquer leurs actes. Des éléments que le procureur n’avait pas voulu retenir, craignant une « récupération politique » de l’affaire. Pourtant, le meneur actuellement jugé avait affirmé aux policiers lors de sa garde à vue « Quand je sortirai je niquerai la France » tandis qu’un de ses complices reconnaissait avoir attaqué  cette jeune fille « parce qu’elle était française et qu’il n’aimait pas les Françaises ».

Coupable d’être française, la jeune femme est aujourd’hui encore « détruite », selon les mots de son avocate. Elle et sa famille ont déménagé pour fuir les « lieux de l’horreur » et sont actuellement suivi par des psychiatres.

 

 

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance