La « culture » s’engage dans la présidentielle

La « culture » s’engage dans la présidentielle

Paris Vox – Le tout-Paris de la « culture » était rassemblé hier soir, mardi 02 mai, à la Philharmonie de Paris, dans le nord de la capitale, pour appeler à faire battre le Front National dimanche prochain.


Ce soir à la Philharmonie de Paris se réunissait une grande soirée contre le Front National à l’appel de 70 associations et organisations syndicales.

Parmi les personnes présentes, on notera madame la ministre de la Culture Audrey Azoulay ou celle plus discrète de Franck Riester.

Paris Vox pour sa part n’était pas présent mais a suivi la soirée grâce à la magie des réseaux sociaux !

La soirée a consisté en alternance de discours et de parenthèses artistiques.

L’ensemble des participants n’était pas d’accord politiquement, plusieurs intervenants faisant la promotion d’Emmanuel Macron ont été vivement hués.

La « culture » s’engage dans la présidentielle

Mais alors que l’un des organisateurs soutenait “pas de censure pour des discours que nous ne partageons pas” vis-à-vis de la salle qui sifflait Jérôme Deschamps coupable de trop de sympathie pour le candidat d’En Marche, un chômeur électeur de Jean Luc Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle et appelant à voter Marine Le Pen s’est fait sortir par la sécurité.

culture
La « culture » s’engage dans la présidentielle

Plusieurs figures artistiques (certaines de l’audiovisuel public) étaient présentes tel  Christophe Alévêque, Jean-Luc Ayroles, Grégori Baquet, Rachid Bouali, Rodolphe Burger, Louis Chamack, Pascal Danaé, Eva Darlan, Marie-Agnès Gillot, Félix Isselin, David Kadouch, Mamani Keita, Paul Lay, Yvan Le Bolloch, Emily Loizeau, Anne-Estelle Medouze, Sarah Nemtanu, Jean-Claude Petit, Céline Sallette, Alexandre Tharaud, Jean-Pierre Vincent, Alex Vizorek, Volo, Anne-Marguerite Werster…

Le mot d’ordre de cette soirée était de défendre la diversité culturelle ; voici ce qui était annoncé ainsi sur les réseaux sociaux :

“Les arts et la culture, par leurs valeurs de diversité, de partage et d’épanouissement des libertés sont indissociables d’une société démocratique d’égalité et de fraternité.

Nous ne pouvons accepter la banalisation du Front National et de ses idées antidémocratiques de rejet de l’autre et de repli sur soi dans une société identitaire et fragmentée contraire aux valeurs républicaines.

Nous appelons à participer au scrutin du 7 mai, à voter pour faire barrage au FN.”

 

Plusieurs questions peuvent légitimement se poser suite à cette soirée :

 

  • Dénoncer « l’anti démocratisme » supposé du FN tout en rejetant le vote d’une partie des citoyens n’est-ce pas contradictoire ?
  • N’est-ce pas contre-productif de dénoncer le vote FN dans le sens où ce rassemblement prouve le fossé de plus en plus béant qui se creuse entre l’intelligentsia parisienne et le peuple ?
  • Les organisateurs de la soirée sont pour nombreux dotés financièrement par l’Etat, faut-il voir là une crainte de perte de subventions en cas de victoire de Marine Le Pen, et quelles réactions tiendraient-ils dans pareil cas ?

La soirée s’achève avec la montée sur scène de l’ensemble des représentants des associations et syndicats ayant organisé cette soirée.

L’occasion pour insister une dernière fois sur l’importance de faire barrage à Marine Le Pen.

Les différentes organisations responsables de l’événement étaient :
ACCN, A-CDC, ACDN, Adami, AFO, AGI-SON, AICA France, AJC, AMA, Association des Centres culturels de rencontre, Association des Scènes nationales, Association Territoires de cirque, CAMULC, CFDT culture, CFTC, CGT Culture, CGT Spectacle, CSCAD, CSDEM F3C CFDT, CIPAC, DIRE, Fair, Fédération des arts de la rue, Fédération E.I.F.E.I.L, FEPS, FESAC, FEVIS, FFMJC, FRANCE festivals, FUSE, Futurs Composés, GRANDS FORMATS, GREC, La GAM, La Guilde Française des Scénaristes, Latitude marionnette, la Ligue de l’enseignement, Ligue des droits de l’Homme, Les Forces Musicales, Music Manager Forum France, Observatoire de la liberté de création, OCCE, PRODISS, PROFEDIM, Réunion des Opéras de France, Sacem, SAMUP, Scam, SCC, Scènes d’enfance – Assietj France, SDI, SFA-CGT, SGDL, SMA, SMdA CFDT, SNAC, SNAM-CGT, SNAPAC CFDT, SNAPS, SNDTP, SNEP, SNES, SNMS, SNSP, SRF, SPI, SYNAVI, SYNDEAC, SYNPTAC-CGT, Union des Producteurs de Cinéma, USEP-SV, Zone Franche…

 

Fermer le menu

Chroniques
Une fin du monde sans importance