Affaire « Théo » : nouveaux soupçons d’escroqueries sur la famille

Affaire « Théo » : nouveaux soupçons d’escroqueries sur la famille

Paris Vox – Alors que les gros médias se montrent désormais d’une extrême discrétion sur « l’Affaire Théo » dont les zones d’ombre se sont multipliées, la justice s’intéresse de plus en plus à la famille du jeune homme blessé lors de son arrestation. Ses proches sont en effet soupçonnés d’avoir mis en place un véritable système d’escroqueries massives aux aides publics.


La famille de Théo se trouve donc une nouvelle fois dans le collimateur de l’Inspection du travail qui a effectué un signalement auprès du parquet de Paris. Celui-ci a pour objet une association domiciliée dans le 18e arrondissement de Paris et dans laquelle apparaîtrait Michaël Luhaka, âgé de 33 ans, un des frères de Théo. Cette association dénommée « Essence de la réussite » et « spécialisée dans le secteur des organisations religieuses » a recruté 16 « emplois d’avenir » en Ile de France, des emplois aidés financièrement qui se révéleraient totalement fictifs.

La famille de Théo est ainsi visée par un troisième signalement. La famille aurait ainsi créé pas moins de 5 associations depuis 2011 et qui n’auraient eu d’autre but que de détourner les aides d’Etat. Dans tous les cas, les « employés » sont embauchés en « contrat d’avenir » mais ne sont jamais payés, tandis que l’Urssaf ne touche aucune cotisation.

Pour sa part, Michaël Luhaka, nie toute escroquerie et plaide « l’incompétence ». Ces diverses structures sont actuellement en liquidation judiciaire.

Michaël Luhaka aurait reçu, entre janvier 2014 et juin 2016, 678 000 euros de subventions d’Etat, dont 170 000 euros directement virés sur les comptes de huit membres de la famille et 80 000 euros retirés en liquide. Théo pour sa part aurait perçu 52 000 euros.

Fermer le menu